Parrainer un caneton pour repeupler les élevages du Sud-Ouest

Anne Sophie LESAGE

Parrainer un caneton pour repeupler les élevages du Sud-Ouest
Capture d'écran la cagnotte des champs

L'association la cagnotte des champs a lancé l’opération PalmipAide, une cagnotte pour parrainer un caneton afin de soutenir les éleveurs touchés par la grippe aviaire et pour la deuxième année consécutive.

Près de 1 600 canetons du Sud-Ouest (Landes, Hautes-Pyrénées, Gers, Pyrénées-Atlantiques, Lot-et-Garonne, et Tarn) ont déjà été parrainés grâce à l’opération PalmipAide. Dans le but de soutenir les éleveurs touchés par un nouveau vide sanitaire, chaque contributeur peut parrainer un caneton, lui donner un nom et choisir son élevage de destination pour 5 euros. Sur le site de financement participatif, le don est évidemment multipliable : 10 euros pour un couple de canards, 20 euros pour une « famille » et 50 euros pour une « bande de canards. » En contrepartie, le donneur recevra les remerciements de la part de l’éleveur, ainsi qu’une photo du ou des canards parrainés. 

Un mois de collecte

L’appel à candidature pour être soutenu par la cagnotte est pour l’instant toujours ouvert. La collecte durera 1 mois et prendra fin le 29 mai, date à laquelle les mouvements des canards seront à nouveau autorisés. Avec l’opération PalmipAide, l’association « souhaite réagir à la crise de la grippe aviaire et soutenir les éleveurs touchés par l’abattage massif de canards dans le sud-ouest de la France.»

 

La Cagnotte des Champs sélectionne « uniquement des éleveurs de canards qui s’engagent dans une démarche de qualité d’élevage exigeante. » Elle s’assure également de « la bonne utilisation des fonds. » La liste des exploitations soutenues par les dons, sera communiquée sur le site le 15 mai. Dans un communiqué, l’association rappelle que son objectif est « d’accompagner la transformation de l’agriculture française. A l’heure où les exploitations agricoles tricolores font face au double défi environnemental et économique, l’association (…) encourage les agriculteurs à revaloriser leur production en produisant différemment : conversion au bio, projets de circuit court, obtention de labels de qualité́, réduction des produits phytosanitaires, transformation à la ferme... »

Sur le même sujet

Commentaires 2

ddrs

pourquoi pas payé 5 €/ par canard ou un peu plus, à l'abattage le foie pour l'éleveur et la carcasse au donateur s'il le désire

Baptiste de Limoux

Solidarité avec les canards et les éleveurs du Sud-Ouest !

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires