Suivi 2009 de l'Itavi : Un rebond du parc de poulaillers à confirmer

Armelle Puybasset

La dernière synthèse sur l'évolution du parc de poulaillers confirme la tendance à l'amélioration avec un taux de construction qui repart légèrement à la hausse et un solde proche de zéro.

Avec une diminution des surfaces de 0,5 % en 2009, le parc de bâtiments continue à se rétracter, certes, mais depuis longtemps l'écart entre le nombre de constructions (1,1 %) et de disparitions (1,6 %) n'aura été aussi proche de l'équilibre. « Il faut remonter à l'année 2002 », précise Sylvain Gallot, de l'Itavi. L'enquête annuelle sur l'évolution du parc confirme la tendance observée ces dernières années avec une évolution nette de - 2,5 % en 2007 et de - 1,8 % en 2008 (voir graphique). « Après les années 2003 et 2006, très difficiles, cette orientation plutôt positive signe-t-elle la fin de la traversée du désert ? », interroge l'économiste. Autre chiffre encourageant, le taux de bâtiments rénovés qui a « explosé » en 2009 pour atteindre 7,8 %, soit le double de l'année précédente (investissements supérieurs à 15 €/m2).

Toutes productions concernées

Tous les types de bâtiments ont profité de cette amélioration. Le parc « standard et certifié » qui représente la majorité de l'échantillon a vu son taux de construction progresser de 0,8 % (évolution nette de - 1,4 %). En « canard à rôtir » le taux de construction a atteint 1,6 % et l'évolution nette du parc est de nouveau positive (+ 0,7 %) après sept années de fortes contractions. « Le parc ‘label et bio' qui s'était distingué par un retour à l'équilibre, montre des résultats légèrement moins favorables : - 0,4 % d'évolution nette. » De même, les principales régions productrices montrent des dynamiques assez similaires, à l'exception de la région Rhône-Alpes. En Bretagne (solde de - 0,6 %), le taux de disparition a baissé de moitié entre 2008 et 2009, mais l'amélioration est moins évidente sur le taux de construction. « En Pays de la Loire, 2009 signe un retour à l'équilibre (- 0,3 %), analyse Sylvain Gallot. Les disparitions sont restées stables tandis que les constructions ont sensiblement accéléré. » En Aquitaine (solde de 1,2 %), les constructions ont fortement progressé (+ 3,1 %). En Rhône-Alpes, l'évolution reste en « dents de scie » avec une contraction du parc de 3 % et un taux de construction de 1,7 %.

Pour en savoir plus

Voir dossier de Réussir Aviculture de janvier-février 2011. (RA n°163 p. 10 à 17.)

Source Réussir Aviculture Janvier-Février 2011

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires