Trois questions sur le plan Ecoantibio 2017

Réussir Aviculture Décembre 2012

Test de résistance aux antibitiques. © Cneva

Comment a été défini l’objectif de réduction de l’utilisation d’antibiotiques ?

Un objectif quantitatif a été défini pour se fixer une cible mais l’essentiel du plan est qualitatif. Le taux de réduction a été calqué sur celui de la médecine humaine. L’indicateur de mesure retenu est l’Alea (Animal Level of Exposure to Antimicrobials). Il devra baisser de 25 % d’ici 2017, en prenant 2011 comme année de référence.

Qui pilote ce plan ?

Le pilote principal est la DGAL. Les quarante mesures du plan sont réparties sur dix pilotes (74 % public et 26 % privé) dont l’Anses, la DGAL, les syndicats de vétérinaires et du médicament… Le GDS France pilotera les actions en élevage. L’Acta sera chargée de la promotion des bonnes pratiques. S’y ajoute l’ensemble des structures associées ou consultées (mi-privé, mi-public) qui comprend notamment les instituts techniques, les interprofessions et les OPA.

Comment va-t-il être financé ?

Deux millions d’euros ont été débloqués pour initier les mesures du plan. L’objectif à terme est de développer d’autres sources de financement, comme par exemple une taxe sur les ventes de médicaments.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires