Vendée : Promotion : Mise en avant du lapin

vendée agricole

Lors d'une rencontre avec le directeur de Carrefour routes des Sables la semaine dernière, les responsables de la FDSEA ont convenu d'une action de communication autour du lapin.

Les rencontres avec les grandes surfaces vendéennes, pour la FDSEA, c'est souvent le samedi matin, devant l'enseigne et en interpellant le consommateur. La semaine dernière, Eric Elisabeth, le directeur de l'enseigne Carrefour Route des Sables rencontrait la FDSEA dans son bureau. Au menu des discussions, connaître les préoccupations des agriculteurs. Joël Limouzin, le président de la FDSEA conduisait la délégation. « Nous vivons actuellement une modification majeure dans nos exploitations. Avec des prix de plus en plus volatils, des hausses de charges que nous ne pouvons répercuter, tout cela est dangereux pour l'élevage du grand Ouest ». « Ce sont vos approvisionnements qui demain peuvent être totalement bouleversés » renchérit Hervé Pillaud, le secrétaire général. Mais Carrefour Route des Sables se dit impuissant devant ces évolutions, puisque dépendant surtout des grandes centrales d'achat de l'enseigne. « Vous savez j'ai peu de moyens à ma disposition. Je suis juste un animateur de ventes » explique le directeur.

Le lapin avant noël

Peu de moyens peut être, mais les responsables de la FDSEA entendent pourtant montrer combien la situation de l'agriculture mérite une attention de la part de ces enseignes. Et particulièrement sur la production de lapin. « Nous sommes le 1er département français producteur. Plus de 500 familles vivent de cette production. Si nous ne mettons pas en valeur ce produit dans les magasins vendéens, qui le fera ? » interrogent les responsables de la FDSEA. L'argument séduit le responsable qui s'engage à travailler, avec la section cunicole de la FDSEA, la mise en avant de la production de lapins une ou deux semaine, et cela avant les périodes de Noël. Une action de communication qui complète les actions engagées par la section vis-à-vis du préfet à propos du Fac et du conseil général pour, là aussi communiquer positivement sur le produit.

Le consommateur toujours différent du citoyen

Dans un département où la concentration de m² de grandes et moyennes surfaces est la pus élevée en France, notamment à La Roche-sur-Yon, Carrefour reconnaît que le consommateur ne se soucie encore que du prix. C'est le critère d'achat premier. L'enseigne de la route des Sables, selon les dires de son directeur, perdrait sur l'essence, la boucherie, la poissonnerie, mais gagnerait sur les fruits et légumes et la boulangerie. Le bio progresserait légèrement, et les consommateurs n'interrogeraient pas sur les OGM. La différence entre les comportements de la même personne, citoyen devant sa télé et consommateur devant son caddie ressurgissent donc chiffres à l'appui. Les éleveurs de lapins de la section cunicole de la FDSEA essaieront ainsi de limiter l'antagonisme entre ces deux positions lors d'une action de communication.

Source vendée agricole

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires