Virus à déclaration obligatoire : Deux élevages vendéens positifs à H5N3 FP

Pascal Le Douarin

La détection de deux élevages positifs vis-à-vis de virus influenza faiblement pathogène perturbe les exportations au départ de Vendée.

Cela devait arriver, depuis que le changement de législation oblige les États européens à déclarer à l'OIE la présence des virus influenza de type H5 ou H7 faiblement pathogène (FP) dans les élevages de volailles... Fin janvier, un virus H5N3 FP a été identifié sur la commune de La Garnache en Vendée, dans un lot de 5000 canes de Barbarie, en claustration et en mue. Le lot a été abattu sur place le dimanche 1er février et l'OIE a été prévenu dès le lundi 2. Il n'y a eu aucun lien épidémiologique avec le couvoir habituellement destinataire des oeufs, qui ne contenait aucun oeuf en incubation ou en stockage, ni aucun caneton à l'éclosion. Un seul élevage de canards prêts à gaver se trouvait dans le périmètre de restriction de 1 km. Il ne présentait aucun signe clinique, mais les prélèvements ont révélé la présence du même virus, ce qui a conduit à l'abattage du lot le 9 février. Le seul élevage de poulet situé dans le périmètre du second foyer a été contrôlé négatif.

Les canards, notamment les prêts à gaver, constituent une cible de choix pour les virus influenza faiblement pathogènes. (A. Puybasset)

Les canards, notamment les prêts à gaver, constituent une cible de choix pour les virus influenza faiblement pathogènes. (A. Puybasset)

Zonage départemental

Cet épisode sanitaire n'aurait pas dû avoir d'autres conséquences économiques que l'élimination des troupeaux. Or, très rapidement, le Japon imité par ses « voisins » (Taiwan, Hong Kong, Corée, Thaïlande, Indonésie), mais aussi l'Inde, l'Egypte, la Russie, ont décrété un embargo total sur les exportations françaises (produits et génétique). Les deux jours mis par l'OIE pour notifier le premier cas ont suscité la méfiance (virus FP ou hautement pathogène ?..). La situation s'est partiellement rétablie avec des exportations bloquées pour le département de la Vendée, ou moins (zonage de 30 km pour l'Afrique du Sud). Les autres départements peuvent donc commercer normalement. Le statut indemne sera retrouvé dans trois mois, à compter de la fin de la décontamination des deux élevages, c'est-à-dire très probablement fin mai. Pour l'avenir, la France souhaite vivement que le zonage soit ramené à la zone de 1 km, comme le prévoit la législation.

Source Réussir Aviculture Mars 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires