Volailles : antibiorésistance inquiétante en Inde

Pascal Le Douarin

Volailles : antibiorésistance inquiétante en Inde
Les E.Coli des fermes indépendantes sont plus résistants que ceux des élevages intégrés. - © Christian Gloria

Il ne fait pas bon attraper la « tourista » en Inde, à en croire une étude parue en juillet dernier (1). Les volailles de dix-huit fermes du Penjab ont été prélevées pour tester la sensibilité antibiotique de souches intestinales d'E.Coli (1556 isolats parmi les 530 oiseaux analysés). Parmi les onze antibiotiques utilisés en médecine humaine et testés, dix présentent des niveaux de résistance élevés, notamment pour l'acide nalidixique (86 %), la tétracycline (47 %), l'ampicilline (43 %), la ciprofloxacine (39 %). La prévalence des souches multirésistantes est évaluée à 94 % en poulet et « seulement » à 60 % en pondeuses. Et 87 % des souches E. Coli sur poulet sont productrices de Bêta lactamases (dites ESBL), contre 42 % en pondeuses.

Avec cette différence entre poulet et pondeuse, l'étude prouve le lien avec les pratiques d'élevage. Les E.Coli des fermes indépendantes sont aussi plus résistants que ceux des élevages intégrés, peut-être à cause d'une moindre hygiène ou d'un plus mauvais usage. Les auteurs concluent que, faute de législation l'usage incontrôlé des antibiotiques dans l'alimentation animale (comme promoteurs de croissance) contribue à la création de réservoirs de bactéries multirésistantes transmissibles à l'homme par contact ou par les produits consommés. Ils soulignent la nécessité de freiner ces pratiques, même s'ils ont peu d'espoir d'être entendus par le pouvoir législatif indien.

(1) Environmental Health Perspectives du 20 juillet 2017

Source Réussir Aviculture

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires