Pleinchamp.com, votre site d’expertise agricole - Retour à l'accueil
Facebook Twitter Google+ Youtube

Vos Services Experts

  • Météo
  • Grandes cultures
  • Élevage
  • Viticulture
  • Viticulture
  • Énergie
Agriculteurs, clients du Crédit Agricole, informez-vous ici

Mon espace
Pleinchamp

Mot de passe oublié ?
Imprimer
  • Accueil
  • >
  • Fiscalité-Juridique
  • >
  • Actualités
  • >
  • Retrait, transmission, cessation : par ici la sortie !
Le Réseau Cerfrance

04/02/11
Fiscalité-Juridique

Retrait, transmission, cessation : par ici la sortie !

Entre plusieurs hypothèses, j'ai choisi la meilleure.” “Je suis content. J'ai réussi une très bonne optimisation fiscale.” Les motifs de satisfaction ne manquent pas lorsqu'on adopte un statut juridique. Mais avez-vous pensé aux conséquences de votre choix si vous étiez amené à sortir du dispositif ?

“J'ai propulsé mon entreprise dans le 21e siècle en adoptant le dernier statut dans le vent.” Très bien ! Mais savez-vous que cette vision à court terme peut être pénalisante ? Une vente, un changement d'activité, une transmission, un départ en retraite, un décès, peuvent vous pousser plus rapidement que prévu vers la sortie. Parfois, des changements législatifs rendront inopérantes les décisions antérieurement prises. Par exemple, l'arrivée de l'EIRL peut gêner ceux qui ont créé une EARL début 2010… car l'EIRL aurait pu être une solution intéressante !

Ainsi, vouloir choisir un statut, sans en imaginer les conditions de sortie, relève plus de la stratégie de comptoir que d'une réflexion aboutissant à une décision mûrement réfléchie. Voici un tour d'horizon des incidences d'une sortie volontaire dans le cadre d'une cession d'entreprise.

En individuel : cession, dont acte

Dans l'exploitation individuelle, la cession de l'entreprise correspond à la vente des moyens d'exploitation, même si l'ancien exploitant conserve une activité mineure pour liquider ses stocks ou exploiter une parcelle de subsistance. Ainsi, cession et cessation entraînent différentes formalités et coûts : TVA, impôt sur le revenu, cotisations sociales, radiation du CFE, etc. Les cas d'exonération sont à l'heure actuelle fréquents (petites entreprises, départ en retraite, fonds de faible valeur). Mais les modifications fiscales sont permanentes. Rien ne permet donc de penser que les règles seront identiques le jour où vous cesserez votre activité.

En société : deux options possibles

Dans le cas d'une société agricole, la cession peut prendre deux formes différentes.

Première option : il s'agit d'une cession d'actif. Dans ce cas, le processus, pour la société, est similaire à celui d'une exploitation individuelle.

Deuxième option : le dirigeant cède ses parts sociales de la société. Celle-ci poursuit son activité avec un autre associé. La cession complète des parts doit faire l'objet d'un protocole préalable. Ce dernier analyse, pour chacun, toutes les conditions, ainsi que la mise en valeur de garanties permettant au repreneur d'être sûr de ne pas être confronté à des erreurs de bilan ou à des “casseroles” fiscales, sociales, imputables aux clients ou aux fournisseurs.

Dans le cas d'une société, vaut-il mieux céder les parts sociales ou vendre l'actif de la société ? Là encore, c'est la comparaison des diverses solutions et de leurs conséquences qui déterminera le mode de cession (fiscales pour le vendeur ; nom commercial, fichier client pour l'acheteur).

Une réflexion stratégique

Dans le cas d'une EIRL, de nombreux points restent en suspens. Cependant, le législateur a prévu, en cas de cession à une personne physique, le transfert du patrimoine affecté du cédant au cessionnaire, assorti d'une déclaration de transfert. Les conséquences fiscales de ce transfert devraient être proches de la cession d'une entreprise individuelle. Toutefois, le transfert du patrimoine affecté devra sans doute être réalisé en une seule fois, ce qui interdirait au cédant de poursuivre une activité de liquidation de stocks, par exemple.

En cas de cession à une personne morale, le transfert du patrimoine affecté est bien entendu inopérant. Il s'agira d'un simple transfert de propriété entre deux parties. Notez que si l'EIRL a opté pour l'impôt sur les sociétés, la décision est irrévocable. Dans ce cas, les conditions de sortie seront proches de celles d'une société à l'IS, avec quelques interrogations sur la fiscalité des réserves et sur le bénéfice à récupérer. Ainsi, le choix d'une formule juridique doit être avant tout le fruit d'une réflexion stratégique. Les conséquences fiscales et sociales ne seront analysées qu'en fonction d'une comparaison de choix possibles, au moment où la cession devra intervenir.

 

Source : CER FRANCE, Gérer pour gagner

CER FRANCE, Gérer pour Gagner
Imprimer

Derniers commentaires postés

Aide téléphonique

Besoin d'informations ? Cliquez ici ou contactez

(depuis un téléphone fixe en France métropolitaine,
 hors surcoût éventuel selon opérateur)
lundi-vendredi : 9h-18h ; samedi : 9h-16h