Pleinchamp.com, votre site d’expertise agricole - Retour à l'accueil
Facebook Twitter Google+ Youtube

Vos Services Experts

  • Météo
  • Grandes cultures
  • Élevage
  • Viticulture
  • Viticulture
  • Énergie
Agriculteurs, clients du Crédit Agricole, informez-vous ici

Mon espace
Pleinchamp

Mot de passe oublié ?
Imprimer
  • Accueil
  • >
  • Fiscalité-Juridique
  • >
  • Actualités
  • >
  • Spécial anti-crise : Le plan de bataille

03/08/09
Fiscalité-Juridique

Spécial anti-crise : Le plan de bataille

La crise économique actuelle est structurelle, car elle remet en cause les fondements même de l'économie (financement, accès aux marchés, sauts technologiques). Elle déstabilise les agents économiques, brise les repères, alimente les peurs et le repli sur soi.

Les origines de la crise

Cette remise en cause trouve son origine dans la dérive du système financier. Une économie virtuelle, basée sur l'espérance de gains à court terme (liés à des plus-values sur des valeurs mobilières et immobilières), a supplanté l'économie réelle, celle qui produit les richesses à travers la production de biens et services. La crise est aussi alimentée par les comportements sociétaux des pays occidentaux, notamment aux USA, où le train de vie dépasse largement la production de richesse. Les exigences du court terme (frénésie de consommation pour les consommateurs et rentabilité des capitaux pour les financiers) ont occulté les visions à moyen terme. Celles qui donnent un sens à l'activité économique. Les crises sanitaires et alimentaires spécifiques à l'agriculture s'ajoutent à ce contexte déstabilisant.

Les périodes de crises économiques sont souvent l'occasion de rebattre les cartes et de retrouver de nouveaux équilibres.Toute la question est de savoir quel sera le nouveau paysage de l'économie mondiale et quels seront les nouveaux repères pour les entrepreneurs ?

Vers un nouveau paysage économique

Les nouveaux équilibres qui vont apparaître mélangeront le retour aux basiques de l'économie (répondre aux besoins du consommateur citoyen, créer de la valeur réelle et non virtuelle) et des ruptures avec les processus du passé (conditions techniques de production, type de marché, mode de gouvernance…). On voit déjà émerger de nouvelles opportunités, de nouveaux besoins non satisfaits (biologie, communication…) et de nouveaux acteurs. Cela nécessite une veille informative, une curiosité, de l'innovation, et bien souvent du culot. Cette dynamique est dépendante des conditions réglementaires et de la fluidité du jeu des acteurs dans chaque pays et de la prise de risque assumée par les financeurs. Et comme bien souvent en économie, c'est celui qui a un coup d'avance sur son concurrent qui capte les parts de marché et la marge. Comme le disait si bien Visconti dans le film le Guépard : “Si nous voulons que tout reste tel que c'est, il faut que tout change”.

Source : CER France, Gérer pour gagner Août, Septembre, Octobre 2009

CER France, Gérer pour gagner, Jacques Mathé, Economiste

Imprimer

Derniers commentaires postés

Aide téléphonique

Besoin d'informations ? Cliquez ici ou contactez

(depuis un téléphone fixe en France métropolitaine,
 hors surcoût éventuel selon opérateur)
lundi-vendredi : 9h-18h ; samedi : 9h-16h