Prévisualisation du message

Auteur Sujet

Sylvain VEILLON "PERILLA974"

 

mardi 14 mars 2017 22:07:22

Dasylvano

Bonjour,
Vaste sujet.
Personnellement je suis éleveur laitier. Je suis d'accord, les circuits courts sont une bonne méthode pour rapprocher producteurs et consommateurs donc créer de la communication et de la compréhension. Mais concrètement cela représente un débouché minime, sur un élevage où on produit plusieurs centaines de milliers de litres de lait chaque année il est impossible de trouver l'intégralité de la clientèle localement.
Nous passons donc par l'intermédiaire d'une coopérative qui transforme et commercialise notre lait. Le problème est lorsque cette coop atteint une taille démesuré, on est déconnecté de l'évolution de notre produit, on devient de simple producteur de matière première, et cela convenait très bien à une certaine génération d'agriculteur, qui arrive aujourd'hui plutôt en fin de carrière. Mais aujourd'hui nous sommes régulièrement interpellé par les consommateur qui sont peut-être plus attentif à ce qu'ils ont dans leurs assiettes et on se doit d'être transparent.
Concernant le niveau de marge, forcement plus il y a d'intermédiaires moins il reste de marge pour le producteur, on arrive même à des aberrations comme des emballages qui coûtent plus chère que le produit qu'ils contiennent. Le prix idéal doit au moins couvrir notre coût de production, ce qui est loin d'être le cas aujourd'hui en lait de vache...