200.000 euros pour promouvoir les fruits français

En pêches et nectarines, les prix ont flanché de 6% en juin.

Le gouvernement va financer une campagne de 200.000 euros pour promouvoir la production française de fruits, dont les cours s'érodent avec l'afflux simultané des productions françaises et européennes, annonce le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll.

Interpellé devant l'Assemblée nationale, le ministre a évoqué une situation "difficile" liée au fait que toutes les productions de fruits d'Espagne et de France arrivent sur le marché en même temps et que le climat de ce début juillet s'avère "peu propice à la consommation de fruits".

"Nous aurons une campagne de promotion financée par l'État à hauteur de 200.000 euros pour passer ce moment difficile. Il faut s'organiser et gérer la période et promouvoir la production française" a-t-il promis.

Stéphane Le Foll a confirmé la tenue d'une réunion jeudi  au ministère de l'Économie avec la grande distribution. Les ministres de l'Économie, de l'Agriculture et la secrétaire d'État à la Consommation reçoivent la grande distribution, les industriels de l'agroalimentaire et les producteurs pour tenter d'établir "des relations commerciales plus équitables".

"Mais cette question doit aussi se traiter à l'échelle européenne" a insisté le ministre citant une réunion qui s'est tenue sur ce sujet avec l'Espagne et l'Italie et le dépôt mercredi "d'une question sur les prix" au Conseil de gestion de la Commission européenne.

Pour le député (PS) des Pyrénées orientales Robert Olive, dont le département est le premier producteur de pêches de France, les grandes enseignes "n'ont pas encore mis en place la référence +Origine France+" et "le manque d'affichage clair pour le consommateur" conduisent à "des stocks excessifs et à des revenus à la baisse" pour les producteurs.

En pêches/nectarines, les prix ont flanché de 6% en juin par rapport au prix moyen des cinq dernières années, selon Agreste, le service statistique du ministère de l'Agriculture qui explique cette érosion par "un afflux de production venant de toutes les régions". Même chose en abricots, les prix étaient déjà en baisse de 3% le mois dernier par rapport à la moyenne de la période 2009-2013, pour une récolte attendue en hausse de plus de 30%.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 4

@popeye

qu'attendent les paysans pour dire ca suffit , le mouvement des bonnets rouges aurait fait tache d'huile...incapables de faire sauter ces elites et luers amis industriels vouyous

popeye80

Parler de conscience et de respect des producteurs avec la GD, autant taper son cul par terre. La seule chose que ces gens là comprennent c'est le rapport de force.... Et ils ont bien compris qu'on était le maillon faible!! Soutenus qu'ils sont par les politiques et hypocrites envers le consommateur.

itaest

Je suis juste scandalisé que l'on doive "acheter" au frais du contribuable le devoir de la "grande" distribution de faire "elle même" la promotion des produits français dans ses étals plutôt que de nous bourrer le mout en nous faisant croire qu'elle nous fait faire des économies en nous vendant quelques% moins cher des produits de qualité souvent inférieure venant de loin..... Et nos élus qui ne comprennent toujours pas.
C'est pas de la pub qu'il faut ; mais ça ne s'achète pas , c'est de la conscience et du respect pour notre pays et nos producteurs....

eleveur

y a juste a ce que les grandes surfaces joue le jeu du francais, et ont aura economiser 200000 euros.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires