Abricot : potentiel de production prévu en hausse

Abricot : potentiel de production prévu en hausse

Au 1er juillet 2012, le potentiel de production d'abricots progresserait de 14 % par rapport à 2011 et de 23 % si on compare à la moyenne quinquennale. Cette hausse concernerait les régions PACA et Rhône-Alpes alors que la production est annoncée stable en Languedoc-Roussillon. Face à une demande assez peu importante en juin, l’indice des prix est inférieur de près de 20 % à la moyenne 2007-2011.

Abricot : potentiel de production prévu en hausse

Récolte prévue plus importante qu’en 2011

Au 1er juillet 2012, la production d'abricots est estimée à 176 700 tonnes par le Service de la Statistique et de la Prospective (SSP) du Ministère de l'Agriculture. Elle serait en hausse de 14 % par rapport à la récolte modérée de 2011. Par ailleurs, la surface du verger national d’abricotiers serait stable depuis 2011.

Dans la région Rhône-Alpes, la floraison s’est déroulée dans des conditions climatiques très favorables. La charge est importante et a nécessité un éclaircissage important. Les calibres sont corrects et les fruits de bonne qualité. Toutefois, des dégâts de grêle importants sont signalés localement dans la Drôme et l’Ardèche avec des fruits destinés à l’industrie. Rappelons que le potentiel en variétés précoces, type Orangered, serait déficitaire alors que celui en Bergeron, majoritaire dans cette zone, est prévu élevé. 

En Languedoc-Roussillon, les surfaces seraient stables sur un an, mais avec des disparités selon les zones (augmentation dans le Roussillon, diminution dans le Gard). Le calendrier de récolte serait plus proche d’une année moyenne et moins précoce qu'en 2011. La hausse de rendement dans le Gard compenserait les pertes occasionnées par des orages de grêle destructeurs et une période de froid en mai en Roussillon.

En région PACA, l’estimation du mois précédent est révisée à la baisse, compte-tenu des derniers événements climatiques survenus en juin (précipitations, orages de grêle,…). La récolte 2012 est toutefois prévue supérieure à celle très déficitaire de la campagne précédente. 

MEDFEL prévoit une récolte européenne importante, supérieure de 22 % par rapport à la faible récolte de 2011 et de 14 % comparée à la moyenne 2006-2010. En Italie, premier producteur européen, la récolte progresserait de 8 % par rapport à 2011. La Grèce verrait sa production bondir de 48 % après une récolte 2011 très déficitaire. L’Espagne pourrait également atteindre une production très supérieure à 2011 (+ 59 %) et à la moyenne quinquennale (+ 12 %).

Abricot : potentiel de production prévu en hausse

Afflux de production en milieu de mois de juin

Les premiers abricots en provenance d’Espagne sont commercialisés en fin de mois de mai, dans un marché peu actif. La campagne d’abricots français démarre en toute fin de mois, par la Provence et le Roussillon, dans des volumes limités. Mi-juin, l’arrivée massive de volume conduit à une baisse des cours, le temps frais et pluvieux étant peu propice à la consommation. L’export est concurrencé par l’Espagne. En fin de mois, la demande se montre plus intéressée grâce à une météorologie estivale. Les cours remontent. Mais au final, sur l’ensemble du mois, l’indice des prix est inférieur à la moyenne quinquennale de 19 %.

En 2011, les premiers abricots de la variété Early-Blush du Roussillon étaient commercialisés avec près de quinze jours d’avance par rapport à 2010. L’offre et la demande, réduites mi-mai, se développaient en fin de mois.

En juin, un pic de production était atteint avec la pleine récolte des variétés précoces. Le marché se compliquait. La qualité était hétérogène suite à des précipitations orageuses. En fin de mois, le marché se rééquilibrait grâce à une réduction de l’offre et une amélioration de la qualité. La demande interne était lente, malgré de bonnes sorties destinées au marché européen. Les cours étaient en retrait de 5 % par rapport à 2010 et de 3 % par rapport à la moyenne des 5 dernières années.

En juillet, Bergeron constituait la principale variété commercialisée. La demande, influencée par un temps maussade, se montrait calme sur le marché interne. Les cours étaient inférieurs de 11 % par rapport à 2010 et de 6 % par rapport à la moyenne sur 5 ans.

Source Agreste Conjoncture

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires