Aliments : L'Afssa veut réévaluer les limites maximales de certains pesticides

Les nouvelles règles européennes sur les résidus de pesticides dans les aliments offrent la même protection que l'ancienne règlementation nationale, estime l'Afssa qui souligne toutefois que certains produits doivent être mieux contrôlés.

Le 1er septembre 2008, les réglementations des pays européens concernant les limites maximales de résidus (LMR) de pesticides autorisées ont été remplacées par un dispositif européen harmonisé.

Lors de son entrée en vigueur, plusieurs organisations, dont Greenpeace et le réseau PAN Europe (Pesticide Action Network), ont estimé qu'il allait entraîner une augmentation « spectaculaire » des limites existantes et ne prenait pas en compte les effets cumulatifs d'ingestion de ces substances.

« Le niveau global de protection du consommateur conféré par cette nouvelle règlementation est équivalent à celui que fournissait la règlementation nationale », estime pour sa part l'Agence française pour la sécurité sanitaire des aliments (Afssa) qui a comparé les LMR nationales aux nouvelles LMR, à la demande de la Direction générale de la santé.

Pyrimicarbe et Formétanate

L'Afssa estime toutefois que les limites maximales de résidus de certains pesticides autorisées doivent être réévaluées «rapidement». L'Agence cite notamment le Pyrimicarbe dans la pomme et le Formétanate dans la courgette, «compte tenu des hauts niveaux de consommation de ces denrées observées en France».

Enfin, l'Afssa précise qu'elle travaille sur des substances actives qui ne sont pas autorisées en Europe, et donc qui n'ont pas été évaluées, mais qui sont présentes dans les aliments après « une contamination environnementale » ou en raison de denrées importées.



Source d'après AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier