Analyse financière des entreprises de fruits & légumes

Crédit-Agricole-sa - Direction de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire

Analyse financière des entreprises de fruits & légumes

Le chiffre d’affaires (CA) de la filière Fruits & légumes a progressé de 3,6 % en 2013/14. Néanmoins, la diversité des produits et des calendriers de production induit une grande hétérogénéité en termes d’activité et de résultats :

❙En amont, l’hiver 2013/14 bien qu’exceptionnellement doux, place la campagne des légumes de saison parmi les « années sombres ». Dans les bassins de production concurrencés par les pays du nord de l’Europe et/ou touchés par des intempéries (endive du Nord, poireau de Normandie, chou-fleur de Bretagne...) les résultats de quelques Organisations de Producteurs (OP) deviennent négatifs. Les performances des autres bassins, notamment en fruits d’été, restent modestes (CAF/CA = 1,3 %).

Capture7

❙Les Expéditeurs, ainsi que ceux ayant une activité significative d’Importateur dégagent une capacité d’autofinancement de 2 % CA (vs 1,8 % sur la période 2011-2013). Ces derniers bénéficient notamment de parités monétaires favorables.

❙En aval, le CA des Transformateurs Légumes augmente de + 1,5 % seulement (vs 3 % pour l’ensemble des Transformateurs), pénalisés par un euro fort. Cette évolution masque les bonnes performances commerciales à l’international : les leaders de la conserve Légumes réalisent la moitié de leur CA hors de France. La rentabilité des Transformateurs s’est encore effritée, avec un taux CAF/CA = 5,2 % (moyenne 2011-2013 = 5,9 %).

❙Les spécialistes Fruits accroissent leurs ventes (8,7 %) et quelques entreprises leaders confortent leur démarche d’internationalisation. L’écart de performance se creuse entre les grandes entreprises et leaders (ratio CAF/CA = 3,1 %, + 0,7 point) et celles de taille inférieure (CA <50 M€ = 0,9 %, - 0,6 point).

L’endettement de la filière est principalement consacré au  financement du besoin en fonds de roulement. Toutefois,  l’importance de l’outil de production des OP et surtout  des Transformateurs implique une capacité théorique de désendettement plus lourde que celle des Expéditeurs et  Importateurs (4 ans vs 1,9 an).

Le profil de risque de la filière est globalement satisfaisant.

Venez découvrir le dossier complet de l'Observatoire financier des Entreprises de l'Agroalimentaires en pièce jointe.

                                                                        Source : l'observatoire Agriculture et Agroalimentaire, une affaire d'expert n° 4 Mai 2015

Pièces jointes

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 1

mcdp31

tout vas pour le mieux
et pourtant..........
campagne2014 en pêche nectarine
0.33 euros de moyenne une catastrophe
c est du - 50% et même plus

Le chiffre d’affaires (CA) de la filière Fruits & légumes a progressé de 3,6 % en 2013/14. allé comprendre

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier