Désordre autour d'une plate-forme de légumes

La construction d'une plate-forme de conditionnement de légumes par la première coopérative légumière de France, la Société d'intérêt collectif agricole (Sica) de Saint-Pol-de-Léon, alimente un conflit dans le nord-Finistère avec plaintes, menaces, intimidations et prises de position politiques.

Enjeu économique vital pour les uns, construction illégale pour les autres, l'édification de sept hectares de hangars a été bloquée fin novembre par le juge des référés du tribunal administratif de Rennes pour non-respect de la loi littoral.

  En attendant l'audience, dont la date n'est pas fixée, les partisans de la plate-forme, destinée à collecter et conditionner les légumes avant expédition, s'emploient à obtenir le retrait du recours.

  Parmi ses opposants, Bob Simon, comédien et metteur en scène qui préside l'association de défense de Kermorus-Vilardrenn, et Fanch Jestin, propriétaire d'un manoir qui jouxte le terrain, dénoncent des "appels au lynchage" et ont porté plainte contre X.

  Le mois dernier, des agriculteurs ont empêché la tenue d'une soirée théâtrale organisée par Bob Simon. Puis des gibets peints en blanc sur des bâches noires, avec inscrit "Merci Bob", sont apparus le long des routes dans le pays, dans le fief de la Sica qui réunit 1.500 maraîchers, avec une production annuelle de 300.000 tonnes de légumes. Fanch Jestin a vu fleurir des inscriptions qui le traitent de "fossoyeur de l'agriculture" jusqu'à Pouldouran, petite commune des Côtes-d'Armor, dont il est maire.

  "On m'a dit de faire attention. Je croyais que la violence était finie, pas comme dans les années 60. Ca fait peur, je n'ai jamais eu de menaces de ma vie", explique celui qui possède une partie du manoir en cours de classement au patrimoine historique. Bob Simon est plus serein: "Le mouvement prendra fin quand le tribunal aura pris sa décision", qu'il espère en mars. A la coopérative, on n'a "aucune déclaration à faire pour l'instant". Lors d'une conférence de presse en décembre, les dirigeants avaient officiellement demandé le retrait du recours.

  "Il y a une menace sur la pérennité de nos exploitations", avait dit Pierre Bihan-Boudec, président de la Sica. "Si la situation n'évolue pas, c'est la condamnation pure et simple du secteur légumier" en Finistère, avait affirmé son secrétaire général, Jean-François Jacob. Parmi leurs partisans politiques, le député UMP Jacques Le Guen défend "lintérêt général" contre "la défense de quelques intérêts particuliers". A l'inverse, pour la députée PS Marylise Lebranchu, le dossier "n'aurait sans doute jamais dû être conduit dans de telles conditions".

  Pour le maire (DVD) de Saint-Pol-de-Léon, Nicolas Floch, le dossier "se défend économiquement" mais les attaques contre les opposants n'en sont pas moins "intolérables".

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires