La fraise française se fait attendre

D'après Agreste : les apports tardent à se développer en raison du froid du mois de février. Cette campagne de production démarre avec de faibles volumes et une production décalée d’une quinzaine de jours. Ce déficit de production devrait être comblé au mois de mai. Cependant des inquiétudes demeurent car les dégâts du gel sur la végétation n’ont pas été totalement évalués. Les premiers volumes arrivent sur les marchés et répondent à une demande active.

La fraise française se fait attendre

La météo printanière favorise la commercialisation

Les arrivages sur le marché des fraises d’importations en provenance d’Espagne et du Maroc s’intensifient à la fin du mois de février. L’Espagne bénéficie du même potentiel de production que l’an passé et semble s’orienter vers des variétés plus précoces.

Les premières fraises françaises sont commercialisées à cette même période. Les cours d’un bon niveau tirent profit d’une demande en Gariguette supérieure à l’offre. Au mois de mars, les volumes français se développent progressivement dans l’ensemble des bassins. L’arrivée de la variété Ciflorette élargie la gamme du produit. Le temps printanier favorisant la consommation, le marché reste fluide. Les prix demeurent fermes pour les produits français et se sont effrités pour les fraises importées. L’offre espagnole monte en puissance tandis que les volumes marocains se réduisent. Dans ce contexte d’offre toujours inférieure à la demande, les prix se sont maintenus à un bon niveau. Au mois de mars, l’indice des prix à la production est supérieur de 2 % à celui de l’an passé et de 7 % à celui de la moyenne quinquennale de la même période.

La fraise française se fait attendre

Une production moins précoce que l’an passé

Surface : 3 000 ha ( stable )

En France, selon les premières estimations du SSP, les surfaces de fraisiers devraient être stables pour la campagne 2012 par rapport à la campagne précédente. Les surfaces en plein air y compris les abris bas devraient baisser de 30 % contrairement aux serres. Les serres continueraient à se développer (+ 30 %) en lien avec la progression des surfaces hors sol (36 %) et pleine terre (25 %).

Production : 51 000 t (+ 1 %)

La production nationale devrait être quasiment équivalente à celle de l’an passé avec des rendements moyens identiques. La situation est toutefois variable selon les régions et incertaine. Les dégâts du gel du mois de février n’ont pas été totalement évalués et sont encore en cours d’expertise. Localement, des inquiétudes demeurent quant à la réaction des plantes présentant des traces de nécroses ou de stries de gel.

Calendrier de production

Le calendrier de production devrait être décalé d’une quinzaine de jours par rapport à celui de l’an passé à cause de la période de froid du mois de février. Les volumes au début de la campagne de production devrait être limités jusqu’au mois de mai. Mois durant lequel la production nationale devrait nettement monter en puissance et atteindre le pic de production mi-mai. Dans la gamme des variétés de la fraise, on retrouve principalement, les primeurs Gariguette et Ciflorette et la Clécy pour les variétés rondes. Sur le plan sanitaire, quelques inquiétudes sur la menace de la « Drosophila susukki », une petite mouche qui pourrait provoquer des dégâts importants.

Source Agreste conjoncture

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires