La laitue iceberg émerge en France

Depuis quelques années, la production de laitue iceberg se développe en France, notamment en Bretagne, en Normandie et dans le Nord. Principal débouché : la 4ème gamme et les sandwicheries, de plus en plus consommatrices d'iceberg. « La laitue iceberg plaît aux consommateurs et notamment aux jeunes parce qu'elle est croquante, juteuse et sucrée, constate Geoffroy Lenoir, directeur marketing de Florette France. Sa durée de vie en sachet est aussi plus longue que celle de la laitue pommée. Et parce qu'elle est lourde, son prix est également intéressant ». Autre avantage : une mécanisation possible de l'étrognage et de la découpe en usine. Les ventes d'iceberg 4ème gamme en GMS ont ainsi augmenté de plus de 10 % par an de 2007 à 2009 et de 1,6 % en 2010, pour atteindre 9 000 tonnes commercialisées. « Sur le long terme, elles vont continuer à croître, prévoit Geoffroy Lenoir, car le nombre de foyers acheteurs augmente. Sur deux ans, il est passé de 17,6 % à 19,8 % ». Tous les 4ème gammistes (Florette, Les Crudettes, Bonduelle Frais, Bakkavor...) proposent aujourd'hui de l'iceberg, en sachets mono-variétaux ou en mélange avec des salades de goût et couleur différents (jeunes pousses, chicorée rouge...). Un autre créneau en croissance est celui des sandwicheries (Mac Do, sandwiches vendus en GMS, sur les aires d'autoroute...) et des traiteurs, qui utilisent l'iceberg en lanières dans les sandwiches ou les salades repas, avec, comme atouts une salade croquante et douce, qui se tient bien, même assaisonnée, et peu coûteuse. Enfin, les consommateurs ayant pris goût à l'iceberg dans les sandwiches et les sachets, le marché du frais commence à se développer depuis deux ans, avec la particularité de s'approvisionner même en été sur les zones d'expédition, l'iceberg étant très peu cultivée en ceinture verte.
Lire notre article sur Réussir Fruits & Légumes n° 304

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier