La poire selon les régions

Maude Le Corre

La poire selon les régions
- ©

Bien que disparate selon les régions, la production française de poire a progressé en 2015.

Estimée à près de 139 000 tonnes par le Service de la statistique et de la prospective (SSP) début novembre 2015, la production de poires de table française a été supérieure à celle de 2014 mais au-dessous du niveau moyen 2010-2014 (- 2 %). « Cette évolution de production sur un an masque des disparités entre type de poires », précise le service d'étude. En hausse pour les poires d'été, après une production de poires d'été réduite en 2014, et en baisse pour les poires d'automne ou d'hiver. En Provence-Alpes-Côte-D'azur, les rendements en poires d'hiver se sont améliorés avec la pluie automnale alors que la production de Guyot serait légèrement moins importante que prévue, en raison de la canicule estivale qui a débouché sur des fruits de petit calibre. En Rhône-Alpes, les températures douces du mois d'octobre ont favorisé la maturation des poires. Des chutes de fruits ont été causées par le vent. La production est prévue en retrait sur un an.

Canicule estivale

Dans la région Languedoc-Roussillon, la récolte a été plus importante que celle de l'an dernier, malgré un été chaud et sec. Pour la variété Guyot, les calibres ont été cependant petits. En Pays de la Loire, malgré une augmentation des surfaces, la production est en retrait comparée à 2014. Pour les variétés d'automne et d'hiver, les rendements prévus seraient moindres que ceux de 2014. Les moyennes de rendements masquent de grandes disparités. En Aquitaine, les surfaces, stables par rapport à 2014, sont en forte diminution depuis cinq ans. L'alternance est marquée pour la variété Comice. La canicule estivale a entraîné une chute prématurée des feuilles. Les autres variétés sont dans un potentiel normal, mais inférieur à 2014, qui était particulièrement élevé. En région Centre, les volumes sont proches de ceux de 2014.

Source Réussir Fruits et Légumes

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier