La production européenne d'abricots attendue en recul de 11% en 2016

afp

La production européenne d'abricots attendue en recul de 11% en 2016

La récolte européenne d'abricots s'annonce faible cette année avec un recul de 11% à 443.000 tonnes de la production, et une chute de 26% en France, selon les prévisions de récolte établies par la chambre d'agriculture du Roussillon.

"Manque de froid hivernal pour certaines variétés, décalage de floraison entre variétés qui habituellement s'inter-pollinisent, pluie et froid pendant la floraison, gel, grêle ces derniers jours, tous ces ingrédients donnent un potentiel de production d'abricot assez loin de celui de l'année dernière et bien inférieur à la normale", indique cette étude dévoilée mercredi lors du MedFel, le salon des fruits et légumes méditerranéens qui se déroule jusqu'à jeudi à Perpignan. La production européenne risque donc d'être inférieure de 16% à la moyenne des années 2010 - 2014. "Il faut remonter à 2013 ou 2003 pour trouver une récolte européenne aussi faible", selon le document.

Les prévisions pour la production française s'établissent à 115.569 tonnes d'abricots, en baisse de 26% sur un an, dont 56.250 en Rhône-Alpes, 40.000 en Languedoc-Roussillon et 19.319 pour la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur. Seul le Roussillon tire son épingle du jeu cette année, avec des résultats "bien plus prometteurs" que l'année dernière, sans toutefois faire le plein, selon cette étude.  Cela ne veut pas dire qu'il n'y aura pas d'abricots français cet été, mais l'arrivée sur les étals se fera en "dents de scie" car les différentes variétés ne réagissent pas de la même manière au climat, a expliqué à l'AFP l'auteur de cette étude Eric Hostalnou, de la chambre d'Agriculture des Pyrénées-Orientales.

La floraison des abricotiers dure normalement deux à trois semaines, or "cette année ça a duré un mois et demi, il y avait à la fois des arbres en fleurs et en feuille dans les vergers", raconte Elodie Philibert, responsable qualité de l'entreprise Ille Roussillon, qui produit des fruits à noyaux dans les Pyrénées-Orientales. Pour Jean-Christophe Erre, de l'entreprise Fruits du soleil, basée près de Perpignan, après cette année difficile l'incertitude pèse sur "la tenue du fruit et la conservation en frigo" pour les abricots, mais il reste confiant "s'il n'y a pas de grêle et que le mois de mai est chaud".

L'Italie, premier producteur européen, voit ses prévisions de récolte reculer de près de 20% à 163.190 tonnes, tandis que la Grèce qui avait été très déficitaire en 2015, voit ses prévisions se rapprocher de la moyenne avec 54.800 tonnes (+77%). La récolte espagnole s'annonce pour sa part stable (-1%) à 109.235 tonnes. "Malgré quelques épisodes de gel sur les variétés précoces, le potentiel espagnol ne semble pas trop affecté. Sans doute du fait de l'augmentation des plantations ces dernières années et l'entrée en production de nouveaux vergers", souligne l'étude.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires