La salade dans l'alternative

Guy Dubon

La salade dans l'alternative
Le screening variétal a montré des gradients de sensibilité de 1 à 3 aux agents de la pourriture du collet. - © RFL

Au sommaire de ce dossier

Les méthodes alternatives au banc d'essai

Depuis quelques années, plusieurs programmes de recherche-expérimentation sont menés pour réduire l'utilisation de produits phytosanitaires en salade sous abri et développer les méthodes alternatives. Les premiers résultats sont plutôt encourageants.

Le problème des nématodes

Face au problème croissant des nématodes, un projet Casdar, Lactumel, a été engagé pour trouver des résistances aux nématodes à galles. D'autres travaux à plus long terme portent sur les systèmes et la santé du sol de façon générale.

Premiers lâchers d'auxiliaires contre les pucerons

Les effets positifs des premiers lâchers de chrysopes amènent à reconduire les essais.

Les variétés manquent

Selon Bertrand Feraut, producteur biologique, le manque de disponibilité de variétés ainsi que la difficulté à maîtriser le mildiou et les pucerons font de la salade une culture délicate à produire en bio.

La clé est dans le sol

La combinaison des techniques, engrais vert, solarisation, apports de matière organique, permet à Olivier Dumont, exploitant dans le Gard, de maîtriser les problèmes de maladies du sol dans les cultures de jeunes pousses.

Engrais vert et faux semis

Pour contrôler les adventices en salade, Pierre-Olivier Varay, producteur dans la région lyonnaise, combine plusieurs techniques : engrais verts, faux-semis et rotation. Avec cet itinéraire, il s'est presque affranchi des désherbants.

Mieux vaut prévenir...

L'utilisation de bactéries, champignons et préparations naturelles ont permis à la SCEA Saint-Louis, dans les Bouches-du-Rhône, de réduire l'usage de produits phytosanitaires.

La salade s'engage dans la voie de la réduction des produits phytosanitaires et des intrants. Ce dossier et les thématiques choisies lors de la prochaine journée nationale salade, organisée début octobre par le Ctifl sur son centre de Balandran (30), témoignent des travaux de recherche et d'expérimentation en cours. Les pages qui suivent montrent aussi que des producteurs précurseurs n'ont pas hésité à suivre cette direction avec détermination et réussite. La route est ouverte pour proposer des solutions alternatives aux moyens de lutte actuels mais encore indispensables. Comme la tomate, la fraise et le chou-fleur, la salade entre aujourd'hui dans un cercle vertueux où production rime aussi avec protection du consommateur et de l'environnement.

Lire l'ensemble du dossier dans le numéro 353 de Réussir Fruits & Légumes.

Source Réussir Fruits et Légumes

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier