Le melon mixe les idées

Guy Dubon

Le melon mixe les idées
- © HM CLAUSE / FOTOLIA

La protection du melon est en évolution. Production majeure des cultures légumières, le melon a concentré de nombreux programmes de recherche et d'expérimentation concernant ses problématiques sanitaires majeures : Vasculeg, Agath, Gedubat, Gedunem… Ces travaux qui concernent aussi d'autres cultures légumières associent plusieurs méthodes agroécologiques pour réduire l'impact des maladies et ravageurs. Les solutions envisagées mixent diverses méthodes de lutte. Ces travaux démontrent la même chose : il est illusoire de vouloir travailler avec les solutions alternatives bio-agresseur par bio-agresseur, c'est l'ensemble qu'il faut intégrer.

Au sommaire de ce dossier :

- Fusariose : Un ensemble de solutions

Le projet VASCUlég montre que les solutions alternatives aux bioagresseurs doivent s'intégrer dans un ensemble de moyens de protection comme les résistances génétiques, la biofumigation, les agents biologiques et les Stimulateurs de Défense des Plantes.

- Pucerons : Agath prend le relais

Le programme Agath envisage une gestion agro-écologique des pucerons en utilisant différentes méthodes: plantes relais, bandes fleuries, augmentorium… seules ou combinées.

- Mieux maîtriser le sclérotinia

Face au problème croissant du sclérotinia, des travaux ont été engagés pour mieux connaître et maîtriser ce pathogène qui peut entraîner de fortes pertes en melon.

- Les méthodes contre les nématodes

Face au problème dominant des cultures maraîchères en sol, comme le melon, la gestion des nématodes doit s'envisager avec des techniques alternatives et la combinaison de leur intérêt.

- Protéger les fruits contre les taupins

Cette année, avec des conditions climatiques qui ont favorisé des cycles culturaux courts, un essai de l'Acpel montre que les deux produits ayant obtenu une dérogation pour l'usage taupin permettent une protection intéressante.

Source Réussir Fruits et Légumes

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier