Pays de Loire : des outils pour piloter son irrigation

REUSSIR FRUITS & LEGUMES

Pays de Loire : des outils pour piloter son irrigation
Les sondes tensiometriques et capacitives sont des outils d’optimisation de l’irrigation présentés lors de la journée du CDDL.

Comment mesurer la quantité d’eau dans le sol et l’apporter au bon moment ?Le rendez-vous technique organisé par le CDDL a présenté certaines solutions.

Selon une enquête menée par le CDDL (Comité départemental de développement légumier) sur les pratiques d’irrigation des producteurs de légumes en Maine-et-Loire, « la très grande majorité des répondants se base sur une observation de la culture pour savoir s’il y a besoin d’une irrigation ou non », relève Maëlle Depriester, chef de projet de l’étude. Aussi, « optimiser l’irrigation en maraîchage » était l’un des thèmes abordés lors du rendez-vous technique organisé par le CDDL, en septembre à Sainte-Gemmes-sur-Loire, et qui a accueilli près de 70 personnes. « Les outils d’aide à la décision sont aussi très peu utilisés », précise Maëlle Depriester. Les participants ont pu se familiariser avec les sondes tensiométriques et capacitives, comme celles proposées par Agralis mesurant le volume d’eau présent dans le sol.

Programmer depuis son smartphone

Les données fournies par les capteurs sont enregistrées et transformées en une courbe que l’on retrouve sur l’ordinateur. Cette courbe permet aux maraîchers de piloter leur irrigation.

D’après l’enquête du CDDL, 60 % des producteurs ont automatisé tout ou partie de leur irrigation. La programmation est plus développée pour les abris, avec notamment des programmateurs présentant une connexion bluetooth. « Quand l’agriculteur s’approche à 30 m du programmateur, il peut gérer sa programmation depuis son smartphone. Chaque électro-vanne dont dépend le programmateur s’affiche sur son téléphone portable et peut être réglée », explique Arnaud Bousselin de SymavalPro. Dans la même logique, des boîtiers radio fixés sur le programmateur permettent de gérer les vannes à 300 m de distance. Autre observation de l’enquête : pour arroser leurs cultures, les producteurs interrogés utilisent l’aspersion fixe pour 60 % d’entre eux. Pourtant d’autres modes d’irrigation se développent comme la gaine goutte-à-goutte jetable. « Elle permet de positionner l’eau au plus près des besoins de la plante », explique Fabien Picard, de l’entreprise Aquaval.

Magazine REUSSIR FRUITS ET LEGUMES n° 377 - novembre 2017 - Hélène Rongier

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires