Pêche et agroalimentaire : UE et Maroc bouclent leur accord de libre-échange

SC avec AFP

L'Union européenne et le Maroc ont finalement bouclé leurs négociations sur un accord de libéralisation de leurs échanges commerciaux dans le domaine de l'agroalimentaire et de la pêche.

L'accord, qui doit encore être ratifié par les partenaires, prévoit la suppression des droits de douane pour 55% des importations totales en provenance du Maroc. Pour le secteur des fruits et légumes, qui constitue 80% des importations en provenance du Maroc, « les calendriers de production ont été maintenus pour les produits considérés comme les plus sensibles » dans l'objectif de favoriser les complémentarités entre les systèmes de production, précise Bruxelles.

Il s'agit en particulier des tomates, fraises, courgettes, concombres, ail et clémentines. Les concessions consenties pour ces produits ont été faites sous forme de contingents tarifaires.

En échange, dans le secteur des produits agricoles, l'accord permettra la libéralisation immédiate de 45% de la valeur des exportations de l'UE vers le Maroc, une proportion qui sera portée à 70% en 10 ans. Les exportations du secteur de la pêche seront également libéralisées pour les produits de l'UE (91% au bout de 5 ans et dans sa totalité dans les 10 ans).


Renforcer les exportations de l'UE vers le Maroc

L'accord permet « le renforcement de la position des exportateurs européens sur le marché marocain, notamment dans le secteur des produits agricoles transformés », se félicite Bruxelles. Pour les exportations européennes, le secteur des fruits et légumes, conserves alimentaires, des produits laitiers, des oléagineux bénéficieront d'une libéralisation totale.

Quelques exceptions ont néanmoins été négociées par le Maroc concernant certains produits, tels que fèves, amandes douces, pommes et concentré de tomates (pour lesquels des contingents tarifaires ont été négociés). De même, blé tendre, blé dur et leurs dérivés (pâtes alimentaires notamment), ainsi que lait liquide et poudre de lait font l'objet d'exceptions à la libéralisation.

Les conditions d'accès au marché marocain pour les viandes, charcuteries, blé, huile d'olive, pommes et concentré de tomates de l'UE ont également été améliorées.

Le Maroc et l'UE négociaient cet accord depuis près de quatre ans. Le solde commercial de l'UE par rapport au Maroc est largement favorable aux Européens, avec 14 milliards d'euros d'exportations contre 8 milliards d'importations, précise la Commission européenne.

Publié par SC avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier