Portrait d'agriculteur : Il a planté des arbres truffiers sur le Plateau picard

JA Mag - Paris

Portrait d'agriculteur : Il a planté des arbres truffiers sur le Plateau picard

Des arbres truffiers en plein Plateau picard, au milieu des champs de blé et de patates ?

Portrait d'agriculteur : Il a planté des arbres truffiers sur le Plateau picard

Il fallait oser. Romain Swenen l’a fait. Au départ de cette idée un peu folle, il y a une prairie, située dans le bassin de captage d’eau de Compiègne, que le jeune agriculteur ne sait pas comment valoriser. Y planter des sapins, des fraises ? Romain cogite, sans aboutir. Et tombe sur des plants truffiers chez un ami propriétaire d’une jardinerie. C’est le déclic, confirmé par une étude.

Il y a deux ans, Romain plante donc 2 000 arbres à Plainval, dans cette pâture de 3 ha entourée de bois. Des conditions adaptées à la truffe de Bourgogne (Tuber uncinatum). Ses chênes, charmes, hêtres, noisetiers et autres pins livreront leurs premières pépites « autour de 2020 », espère l’apprenti trufficulteur. Il compte commercialiser ses truffes en gros, car « une fois sorties de terre, elles doivent être consommées dans les 7 jours. » En attendant, Romain entretient sa truffière, en travaillant le sol et en fauchant pour maîtriser l’enherbement. Le tout en bio.

La région Hauts-de-France produit très peu de truffes, mais Romain parie sur l’avenir, conscients des atouts de son terroir : « Pour avoir des truffes, il faut des orages d’été. » Pour lui, la diversification est une question de survie. En 2016, ses rendements ont été divisés par deux, confirmant la fragilité des systèmes céréaliers face aux aléas climatiques. Surtout en l’absence d’irrigation, comme chez Romain. Le jeune céréalier a passé le cap en « faisant des économies partout » et grâce à la production de pommes de terre et de pois de conserve, démarrée en 2011. Aujourd’hui, il avoue être « en recherche perpétuelle de nouvelles cultures ».

JAMAG n° 740 - sept. 2017

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 1

Bruno 02

Il a passé le cap... de quoi ?
1ère récolte espérée en 2020, et on est en 2017 !
Dans la famille je vend la peau de l'ours....

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires