Poursuite du destockage en pommes et poires

SC

Fin avril 2012, selon les résultats de l’enquête Agreste pour la campagne 2011-2012, le déstockage des pommes se poursuit. La fin de la campagne de commercialisation de poires est désormais proche avec des stocks à 1500 tonnes environ.

Poursuite du destockage en pommes et poires

Bon écoulement des pommes en avril

Fin avril 2012, les stocks de pommes sont supérieurs à ceux d’avril 2011, mais inférieurs à ceux d’avril 2010. La hausse de la récolte française sur un an serait un des facteurs explicatifs (+ 5 % par rapport à 2010).

Les toutes premières pommes précoces de Provence sont récoltées fin juin 2011, en avance de deux semaines. En août, le grand export semble plus dynamique que le marché intérieur. En septembre, la gamme commercialisée s’élargit tandis que les ventes ralentissent vers le marché européen dont la production est plus précoce cette année. Les débouchés se maintiennent toutefois pour l’industrie et le grand export. Les cours sont inférieurs de 13 % à la moyenne quinquennale, avec des disparités selon les variétés (- 18 % en Golden contre - 4 % en Gala). En octobre et novembre, le marché est toujours tiré favorablement par les exportations (surtout grand export) et l’industrie, alors que le marché interne du frais est moins actif. Les cours ont tendance à s’améliorer en novembre, même s’ils restent inférieurs de 4 % à la moyenne quinquennale. Dès décembre, les sorties sont supérieures de 30 % à celles de décembre 2010, du fait notamment des exportations. En janvier 2012, le marché intérieur redémarre. Depuis février, les cours sont plus fermes du fait d’un allègement de l’offre sur le marché européen. De bonnes ventes sont enregistrées fin avril.

Poursuite du destockage en pommes et poires

Poires : une fin de campagne proche

Fin avril 2012, les réserves de poires dépassent celles de l’année dernière de 32 %, à la même époque, mais sont au même niveau qu’en 2010. La production 2011 de poires de table progresserait de 12 % par rapport à 2010. Prognosfruit tablait sur une augmentation de la production européenne 2011 de 11 % par rapport à 2010 (année atypique de faible production) et de 3 % par rapport à la moyenne quinquennale.

La récolte 2011 débute avec de l’avance, dans un marché dominé par des fruits d’été, qui rencontrent eux-mêmes des difficultés d’écoulement. Le produit rentre rapidement en crise. En juillet, l’indice de prix est inférieur de 15 % à la moyenne quinquennale. En août, de nombreux lots sont destinés à l’industrie. La William’s se met en place dans un marché dégradé et peu porteur. En septembre, l’export connaît une concurrence élevée avec les Pays-Bas et la Belgique. Les ventes sur le marché interne sont peu dynamiques à cause d’un temps encore estival. L’indice des prix est inférieur de 17 % à la moyenne quinquennale. En octobre, la concurrence avec les Pays-Bas moins forte, permet une amélioration des cours pour la variété Conférence, mais l’indice des prix est toujours inférieur de 8 % à la moyenne sur 5 ans. Depuis novembre 2011, les cours sont peu soutenus. En mars 2012, ils sont inférieurs de 17 % à la moyenne sur 5 ans. En avril, les cours sont orientés à la hausse du fait de la raréfaction de l’offre en cette fin de campagne.

Source Agreste

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier