Pruneau : une récolte 2016 réussie

JA Mag .

Pruneau : une récolte 2016 réussie

En 2016, la récolte s’est bien déroulée grâce à un climat exceptionnel.

Pruneau : une récolte 2016 réussie

En cinq semaines contre trois habituellement. Un phénomène qui a conduit à faire jusqu’à sept passages dans les vergers, contre quatre habituellement pour ramasser les prunes les plus mûres. 40 000 tonnes de pruneaux ont été récoltées, soit une quantité supérieure à 2015 (36 000 t).

Quelques chiffres :

1 140 producteurs - 4 000 € chiffre d’affaires moyen par hectare - 11 500 ha de pruniers - 40 000 t de pruneau français produits

94 M€ en moyenne chiffre d’affaires agricole - 3,5 t production moyenne par hectare - 10 ha taille moyenne du verger/exploitation

Pruneau : une récolte 2016 réussie

Un plan de reconquête et de compétitivité (PRC)

« L’âge excessif des arbres, le poids des charges sociales, fiscales et de la législation environnementale, le coût très élevé du séchage des prunes, les contraintes climatiques, les pratiques culturales qualitatives et la faible dimension des structures d’exploitation ont causé à la production du pruneau un déficit aggravé depuis une dizaine d’années », explique le Bureau national interprofessionnel du pruneau (Bip). 

Une prise de conscience qui est à l’origine du Plan de reconquête et de compétitivité lancé en 2013. Pour la réalisation de ce plan, la filière est soutenue par les pouvoirs publics via un accompagnement de la production, jusqu’à l’aboutissement des objectifs du Plan en 2020, à hauteur de 12 M€/an et via un programme de soutien aux investissements matériels et immatériels en production, au séchage et le cas échéant en transformation. 

« À terme, l’objectif pour la profession est de ne plus dépendre de ce soutien financier. » Le verger fait une cure de rajeunissement. « L’objectif avec le PRC est de rétablir une situation compétitive en le rajeunissant à une cadence accélérée, tout en le menant vers les techniques modernes de plantation à haute densité (400 arbres/ha minimum). Le tout avec un équipement d’irrigation et des objectifs environnementaux élevés », note le Bip. 

Ainsi, à l’horizon 2025, l’augmentation de la productivité des vergers devrait atteindre 50 %. Grâce à ce rajeunissement des vergers, une plantation moderne de pruniers d’Ente commencera à produire dès 4-5 ans, contre 7-9 ans pour une traditionnelle. Concernant le séchage, le PRC a pour objectif de réduire de moitié son coût à l’horizon 2020. Bref, un plan ambitieux.

Source : Jamag - janvier 2017 - n° 733

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier