Tomate : des flux Sud-Nord

Réussir Fruits et Légumes

Tomate : des flux Sud-Nord

Derrière la Chine, l'Europe est le principal marché de la tomate fraîche. Production, exportation, importation alimentent un flux d'échanges de trois millions de tonnes, la moitié des échanges mondiaux, et représentent d'importants enjeux agronomiques économiques et sociaux.

L'Union européenne (à 27 pays) produit en moyenne près de 16 millions de t de tomates à destination de la vente en frais et de la transformation. « En déduisant la part consacrée à ce dernier débouché, on peut estimer à sept millions de tonnes la production européenne de tomates pour le marché du frais », mentionne Christian Hutin, Ctifl.

L'Espagne (deux millions de t), l'Italie (1,1M/t), les Pays-Bas (0.7M/t) réalisent environ 50 % des volumes en Europe. Toutefois, si ces trois pays restent leaders, ils voient évoluer leurs poids respectifs sur ces dix dernières années. L'Espagne qui garde sa première place, passe de 2,5 millions de tonnes en 2001 à deux millions en 2010. Les Pays-Bas progressent de 500 000 t à 700 000 t. Mais la suprématie européenne de ces pays s'inverse lorsqu'il s'agit de leurs exportations. En effet, depuis 2008 les Pays-Bas sont devenus les premiers exportateurs européens de tomate au détriment de l'Espagne. L'Italie perd aussi des volumes de production en passant de 1,4 million de tonnes à un million entre 2001 et 2010.

En France, la production de tomate destinée au marché de frais est estimée à 530 000 tonnes après avoir atteint plus de 600 000 tonnes en 2006. Des chiffres qui positionnent la France comme un des principaux pays producteurs, au même niveau que la Pologne qui développe régulièrement sa production sous serre. Mais ceux-ci sont revus à la baisse par les professionnels de la tomate.

Lire notre supplément « références tomate » livré avec Réussir Fruits & Légumes n° 310

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier