Une proposition de loi pour éradiquer l'ambroisie

Une proposition de loi pour éradiquer l'ambroisie

Le député UMP de l'Isère Alain Moyne-Bressand a déposé une proposition de loi visant à renforcer la lutte au plan national contre l'ambroisie, une plante très allergisante qui ne cesse de proliférer en France et dans d'autres pays européens.

"Lutter contre cette plante est un chantier immense tant elle s'est développée sur notre territoire", a déclaré mardi le député lors d'une conférence de presse. Le texte, issu des travaux du "comité parlementaire ambroisie", créé en avril 2011 et présidé par M. Moyne-Bressand, prévoit que cette plante soit déclarée "végétal nuisible" par les autorités et soumise à "une lutte obligatoire permanente". "Tout occupant d'une parcelle", qu'il soit agriculteur, particulier, collectivité, entreprise, sera tenu de "procéder à ses frais à la suppression de la plante avant sa floraison", indique la proposition de loi. 

L'ambroisie a depuis des années fortement colonisé toute la vallée du Rhône, s'est étendue aux régions voisines comme la Bourgogne, le Centre, l'Auvergne et Paca et à un moindre degré quasiment dans toutes les autres régions. Le pollen de l'ambroisie, qui fleurit en juillet pour environ deux mois, provoque des allergies (conjonctivite, rhinite, gênes respiratoires, toux et parfois de l'asthme, plus rarement de l'eczéma).

Un problème de santé publique

"C'est devenu un réel problème de santé publique aujourd'hui, avec des coûts associés très importants », explique  Michel Thibaudon du Réseau national de surveillance ambroisie (RNSA). "Lutter contre la prolifération de l'ambroisie est un travail qui ne s'arrêtera pas, d'où la nécessité de s'appuyer sur un texte de loi pour le renforcer", ajoute  le spécialiste.  Selon le réseau RNSA, 10 à 20% de la population de Rhône-Alpes développe des allergies au pollen d'ambroisie, ce qui a occasionné en 2011 des dépenses de santé de l'ordre de 20 millions d'euros (consultations, médicaments, arrêts de travail).

Lionel Chauvel, chercheur à l'Inra et membre de l'Observatoire de l'Ambroisie, a estimé que "l'éradication de cette plante semblait difficile à atteindre tant elle est désormais installée sur le territoire". Mais, a-t-il ajouté, "il faut arriver à la régulation la plus puissante possible, en agissant dans les départements fortement touchés mais aussi dès maintenant là où elle est encore peu présente et où on peut encore prévenir les impacts sanitaires".

Cette plante s'implante dans toutes sortes de lieux, des champs cultivés, aux bords de route en passant par les bords de rivière, les chantiers, les parcs et les jardins.  Les moyens de lutte sont le fauchage, l'arrachage, le désherbage chimique ou thermique ou le pâturage par des moutons.

Source D'après AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires