[Vidéo] Innovation machinisme : un drôle de parapluie pour ramasser les pommes

Agriculteur Normand (L') - SAECNO (14 50 61)

[Vidéo] Innovation machinisme : un drôle de parapluie pour ramasser les pommes

Elle est unique au monde et elle sévit dans le Pays d’Auge. La première ramasseuse de pommes à cidre de type “Corolle” est en service à la CUMA de Cambremer (14). Principal avantage : plus aucun contact entre le fruit et le sol.

 

Isaac Newton doit se retourner dans sa tombe, lui qui a établi la loi de la gravitation sous un pommier selon la légende. 286 ans après sa mort (le 31 mars 1727 à Londres), les pommes se décrochant de leur branche mère ne tombent plus au sol mais dans la Corolle.

Privilégier la qualité

“On privilégie la qualité. Avec cette technique, on ramasse une pomme propre, sans herbe, sans feuille et sans terre. On ne ramasse pas les pommes pourries”. Dans son verger haute-tige de Montreuil-en-Auge (14), Patrice Giard  (producteur et transformateur) a décidé d’ouvrir sa barrière pour inviter les curieux à découvrir au travail la Corolle. Avec 4 autres collègues, il est propriétaire en CUMA de cette machine dont il a passé commande à la société AMB Rousset.C’est d’ailleurs à sa demande et à celle de ses collègues que deux personnes, à temps plein, ont planché pendant 4 mois dans leur bureau d’études. “Cette aventure a démarré début 2012, se souvient Philippe Rousset (directeur d’AMB Rousset). On aurait du livrer la machine pour la récolte 2012 mais nous avons pris du retard”. La Corolle à pommes à cidre a été livrée en mars 2013 après 3 mois de construction et de mise au point.

Des challenges techniques à relever

Ce retard à l’allumage s’explique aisément. La Corolle a fait ses preuves dans les pruneaux du côté d’Agen. Avec la pomme à cidre, avec le pommier haute-tige, avec la topographie du Pays d’Auge (...), il a fallu solutionner quelques adaptations. “Le premier challenge à relever a été la mise au point d’une Corolle de 8 mètres de diamètre. Cela engendre des efforts impressionnants mais il fallait faire malgré tout une machine légère, argumente Philippe Rousset. Le second challenge : la conception d’une roue correctrice avec correction de devers pour assurer l’horizontalité de la Corolle”.
Après ses premiers chantiers en situation réelle, la Corolle semble remplir son cahier des charges. “Un débit de chantier de 2 tonnes par heure”, évoque Patrice Giard. “Un arbre en 1 minute”, comptabilise Philippe Rousset. Et surtout une pomme irréprochable. Cependant, la fabrication en série n’est pas pour demain matin. “On va laisser la machine vieillir 2 ans et après on prendra les commandes afin de livrer, en 2015, quelque chose de parfaitement au point”, conclut Philippe Rousset.
La greffe va-t-elle prendre ? La Corolle va-t-elle remporter en verger haute-tige ce défi du ramassage sans contact pomme/sol après que la machine à receptacle ait échoué en basse-tige ? Le montant de l’investissement (aux alentours de 80 000 e) n’est pas exorbitant mais tout dépendra,  in fine, du prix de la pomme payé aux producteurs.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires