« Cap à l’Ouest », le festival des groupes, arrive bientôt

Lise Monteillet

« Cap à l’Ouest », le festival des groupes, arrive bientôt

Autour de 500 personnes sont attendues les 19 et 20 janvier à Vannes.

Les 12 circuits thématiques

- Au fil du lait
- Diversification énergétique des exploitations
- Entre terre et mer
- L’amélioration continue : une bouffée d’air pour nos exploitations
- La pérennité des élevages porcins passe par l’innovation
- La deuxième révolution fourragère
- Bien-être humain, bien-être animal
- Des partenaires atypiques pour une agriculture performante et actrice de son environnement
- Fier-e-s de notre métier et le faire savoir
- Générer du revenu grâce à la bouteille de lait
- Agriculture de conservation, travailler moins le sol pour gagner plus
- Organisation du travail 

Date limite d’inscription : 19 décembre 2016 

Une trentaine d’exploitations bretonnes seront présentées au cours de cette édition 2017. Le  festival des groupes, temps de rencontre organisé la fédération nationale des groupes d’études et de développement agricole (Fngeda), se déroule tous les quatre ans.

« Nous ne voulons pas organiser un congrès, car nos adhérents ne veulent pas de protocole et de discours officiel », raconte Olivier Thourand. D’où le choix de visites sur le terrain, pour favoriser l’échange. « Nous souhaitons montrer la dynamique et le savoir-faire des groupes », complète Eric Touzard, président de la fédération régionale de Bretagne, qui accueille l’évènement.

Ces groupes sont fédérés par des valeurs. « Le premier capital, c’est l’humain, nous avons trop tendance à l’oublier », explique ainsi Olivier Thourand, président de la Fngeda. Autre principe fondateur : « l’énergie montante » du terrain vers le conseil agricole, et non l’inverse. « Le temps où le technicien expliquait à l’agriculteur ce qu’il devait faire est révolu », insiste-t-il. La Fngeda compte plus de 30 000 adhérents en France.

Séjour à la carte

Concrètement, chaque participant pourra choisir entre 12 circuits thématiques : simplification du travail du sol, élevage et médecines alternatives, bien-être au travail… Ce dernier sujet, « tabou pour les hommes » selon Olivier Thourand, a pu être développé grâce au travail des groupes féminins.

En cette année difficile, la Fngeda a tenu à préparer un évènement qui « booste » les agriculteurs et leur redonne des perspectives. Les organisateurs ont décidé de diminuer le coût d’inscription par rapport aux éditions précédentes. L’objectif est clair : faire sortir les agriculteurs de chez eux afin de lutter contre le repli sur soi, un comportement tentant en période de crise.

Le festival se clôturera par un forum réunissant tous les participants autour d’une question : « quelle stratégie collective du réseau des GEDA pour les années à venir ? »

En savoir plus sur le programme, les tarifs et modalités d’inscription 

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires