Aviculture, maîtriser sa consommation de gaz

COGEDIS FIDEOR

Aviculture, maîtriser sa consommation de gaz

Ces dernières années, le prix du gaz a fortement augmenté impactant les charges des élevages avicoles. Or, la maîtrise des consommations de gaz passe par l’amélioration des performances énergétiques des bâtiments.

Chauffage, éclairage, ventilation, curage… L’électricité et le fuel représentent respectivement 13 et 7 % des dépenses énergétiques, tous postes de consommation confondus. Quant à la consommation de gaz, elle ne représente pas moins de 12 % du coût de production et 34 % des charges opérationnelles. En effet, en volailles, avec de gros volumes à chauffer pour préparer l’arrivée des animaux, le chauffage reste le poste de consommation le plus important et représente près de 80 % des dépenses d’énergie. Or, la forte hausse des prix de l’énergie, et notamment de celui du gaz, force les élevages à économiser sur le poste énergie.

Aviculture, maîtriser sa consommation de gaz

+ 1,6 €/m2 en poulet standard sur 5 ans

En fonction de la production, de l’isolation et du type de bâtiment et des conditions climatiques, les consommations de gaz sont très différentes d’un élevage à un autre. Ainsi d’après une étude de l’Itavi, un bâtiment de 1 200 m2 de poulet standard consomme jusqu’à 11 760 kg de gaz (tableau 1). La consommation de gaz est donc loin d’être négligeable et toute dérive aura des répercussions économiques importantes. Le phénomène s’est accentué avec les hausses successives des prix de l’énergie. Entre 2009 et 2014, le coût du gaz en poulet standard est passé de 4,9 € à 6,5 €/ m2 soit un surplus de 1,6 €/ m2 justifié par une augmentation du prix du gaz de 210 €/ tonne sur cette même période. En moyenne, une hausse de 100 €/ tonne augmente le coût de production de 0,76 €/ m2.

Aviculture, maîtriser sa consommation de gaz

Isoler ses bâtiments

63 % du parc bâtiment a plus de 20 ans. Or, les bâtiments vieillissant ne bénéficient pas des dernières technologies en matière de performances énergétiques. Toutefois, leur rénovation peut devenir une alternative intéressante pour diminuer la consommation de gaz. En règle générale, les déperditions de chaleur sont localisées au niveau des parois et des systèmes de ventilation. La pose de panneaux rigides ou de laine minérale en rouleaux ou soufflée étanchéifie le bâtiment. Autre solution : l’installation d’échangeurs de chaleur permet une économie de gaz de 10 à 30 %. Or, 20 % de consommation de gaz en moins, c’est une diminution d’achat de gaz de 1 560 kg pour un élevage de poulets de 1 200 m2. A 900 €/ tonne, cela représente une économie de 1,1 €/m2 qui peut monter jusqu’à 2 €/ m2  si la consommation baisse de 30 % (tableau 2). Il est vrai que la conjoncture difficile, combinée à un prix de matières premières élevé, met les éleveurs en difficulté. S’il est compliqué pour eux d’investir dans leur outil de production, ils ne doivent pas pour autant négliger l’entretien et la mise aux normes de leur bâtiment car il en va de la pérennité de leur exploitation. De plus, comme dans le cas de l’isolation, de belles économies sont possibles.

Tendances haussières pour le prix du gaz

Depuis 7 ans, avec la raréfaction des matières des ressources énergétiques, le prix du gaz fluctue de façon importante. De 650 € en 2007, sa valeur est passée à près de 800 € en 2008. Après une petite accalmie en 2009, les prix sont repartis à la hausse dès 2010 et suivent toujours cette tendance depuis pour atteindre le record de 930 € en janvier 2013. Avec des pronostics toujours à la hausse, la baisse du prix du gaz n’est pas près de s’amorcer.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires