Energie et agriculture : L'Auvergne, région pilote pour le bois énergie

Raphaël Lecocq

Le bois énergie n'est mobilisé qu'à hauteur de 50 % de son potentiel. La région Auvergne a trois ans pour le prouver et explorer des pistes. L'engagement de la France en matière d'énergies renouvelables en dépend.

Avec 15 millions d'ha, la forêt couvre un peu moins de 30 % du territoire national métropolitain. Directement ou indirectement, la moitié des bois extraits de la forêt française est destinée à une valorisation énergétique. C'est important mais il est possible de faire beaucoup mieux. En effet, le bois énergie réserve un gros potentiel de gisement inexploité, estimé à 50 % de la production actuelle, dans le parfait respect d'une gestion durable et donc sans risquer la moindre surexploitation. Rappelons au passage que la superficie de la forêt française est sur une tendance haussière, à l'inverse de celle des terres agricoles.

Conditions difficiles

Les gisements non valorisés à ce jour ne sont pas nécessairement les plus faciles à exploiter, du fait du relief et des contraintes d'accès à la ressource. Mais d'autres facteurs tels que l'absence de sensibilisation des propriétaires forestiers figurent aussi parmi les freins. Afin de se faire une idée plus précise de la réserve de bois mobilisable, le ministère de l'Agriculture a décidé de mener une opération pilote en Auvergne, plus précisément dans le Livradois Forez. Les enseignements de cette étude devraient être extrapolables à d'autres massifs.

La production de bois énergie peut doubler sans risque de surexploitation de la ressource

La production de bois énergie peut doubler sans risque de surexploitation de la ressource

 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires