Energie et agriculture : Les accotements routiers générateurs de biomasse

Raphaël Lecocq

L'entretien des accotements avait jusqu'à présent pour unique objet de sécuriser les réseaux de transports. L'exploitation de la biomasse pourrait participer à fournir l'énergie électrique nécessaire aux véhicules circulant entre les bas côtés…

La chasse à la biomasse est-elle ouverte ? Peut-être. Le développement de la méthanisation s'est fondé au départ sur le recyclage et la valorisation des effluents d'élevage ou des issues agroalimentaires, autrement dit, des déchets. Face au développement des installations, signant au passage la pertinence du process, la compétition pourrait s'installer dans l'accès aux déchets, devenus matières premières, d'autant plus que la régularité de l'alimentation des réacteurs est un des gages de performance des installations. De là à manquer de déchets… Nous n'en sommes pas là mais la biomasse non ligneuse va assurément prendre de la valeur dans les années et alimenter différents process énergétiques : biogaz, réseau chaleur, cogénération.

Fort pouvoir méthanogène

Fort heureusement, l'inventaire la ressource disponible et sa mobilisation réservent des marges d'exploitation. Exemple : l'herbe fauchée sur les bas côtés des routes, une ressource inexploitée à ce jour car abandonnée sur place. Le réseau routier français totalise environ 1 million de kilomètres, ce qui correspond à 500 000 ha d'accotements routiers, auxquels il faut ajouter 400 000 ha d'accotements de voies rurales. Un véritable gisement renouvelable. Qui plus est, le pouvoir méthanogène de la pelouse fraîchement tondue est particulièrement élevé. Il est de d'environ 175 m3 de biogaz par tonne de matière fraîche, à comparer aux 30 m3 des effluents d'élevage. Les constructeurs de matériels dédiés à l'entretien des routes s'attachent aujourd'hui à mettre au point des systèmes de récupération de cette biomasse. Les entreprises spécialisées dans l'entretien du paysage sont dans les starting-blocks. De l'herbe des bas côtés de la route au véhicule électrique, il n'y a qu'un pas…

Le pouvoir méthanogène de l'herbe fraîchement coupée est beaucoup plus élevé que celui des effluents d'élevage (Doc Noremat)

Le pouvoir méthanogène de l'herbe fraîchement coupée est beaucoup plus élevé que celui des effluents d'élevage (Doc Noremat)

 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires