Energie, l'économiser, la produire : Energies renouvelables, 5 pièges à éviter

Daniel Causse, expert Comptable, CER France

1. Prix en hausse, délais à rallonge, et c'est votre trésorerie qui trinque

L'accès aux investissements est engorgé. Les fournisseurs de machines ou matériels font difficilement face à la demande. Comme ils sont en position favorable, cela fait grimper les prix. Ainsi, le prix des éoliennes a augmenté de 30 % en 18 mois. Autre conséquence, les délais s'allongent, d'autant plus si vous n'êtes pas “influent” auprès du fournisseur : vous ne serez servi qu'après les investisseurs “prioritaires” (ceux qui pèsent sur le marché). Du coup, le délai que vous aviez prévu entre le débours à la commande et la première livraison d'électricité risque d'être allongé de plusieurs mois, à charge pour vous de faire face à la trésorerie nécessaire.

2. Impact sur l'environnement : gare aux surprises

Une étude d'impact, suivie d'une enquête publique, sera de plus en plus fréquemment nécessaire. Le cadre de l'étude n'est pas clairement défi ni, ce qui peut engendrer des “allers-retours” nombreux avec les administrations concernées. Outre son coût, c'est surtout le délai de réalisation de cette étude (6 à 12 mois) qui peut compromettre la réussite de votre projet.

3. Vente d'énergie : menaces sur les prix

Les énergies renouvelables, encouragées par l'Union Européenne, se développent grâce à des prix supérieurs au prix du marché. L'investisseur est séduit à la fois par le concept et par l'attrait financier. Soyez vigilant, la politique de prix n'est pas établie de façon définitive. Dans votre étude, vous calculez en fonction du prix contractuel au jour de l'étude. Ce ne sera plus forcément celui en vigueur le jour de la réalisation de votre investissement (surtout quand les délais grandissent !). Les prix de l'électricité photovoltaïque vont baisser. A contrario, la fluctuation du prix des matières premières (silicium) pourrait faire fléchir le coût des panneaux.

4. Réalisation du chantier : être pro

Serez-vous capable de prendre en compte tous les éléments nécessaires : génie civil, génie électrique, transport, problème technique de pose, d'installation… ? Bref, vous êtes professionnels de l'agriculture. Serez-vous professionnels de ce type d'investissement hautement spécialisé ? Il sera important de l'évaluer avant de vous lancer.

5. Négocier le financement bancaire

La crise économique “aidant”, vos partenaires financiers seront plus difficiles à convaincre. Les notions de quotité de financement, de différé d'amortissement, de durée de remboursement seront plus délicates à négocier.

Les 10 étapes à respecter

1. Montrez votre motivation et votre connaissance du sujet.
2. Appréhendez l'opportunité du projet (contexte géographique, situation de l'entreprise, etc.).
3. Analysez l'intérêt technique : un bureau d'étude spécialisé peut s'avérer essentiel dans l'approche de ces deux points (étude d'impact).
4. Étudiez la rentabilité : méthode des flux actualisés, taux de rendement interne.
5. Projetez votre plan de financement : étude économique et financière.
6. Prenez contact avec les partenaires financiers et les opérateurs du projet.
7. Choisissez le maître d'ouvrage.
8. Contractualisez et adaptez votre entreprise.
9. Contrôlez l'évolution du chantier.
10. C'est parti !

Source Gérer pour gagner Fév, Mars, Avril 2009

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires