Faut-il transférer une partie des aides PAC vers des outils de gestion des risques ?

Lise Monteillet

Rencontre avec Jean Cordier, expert sur la gestion des risques en agriculture. Au programme des échanges : le règlement Omnibus ou encore la réforme de la PAC. Dans cette série de vidéos « anti-crise », un sujet d'actualité est abordé en quelques minutes avec un invité. Ce dernier choisit un objet qui, à ses yeux, permettra de construire l'agriculture de demain.

« L’agriculture de demain va être confrontée à des risques toujours croissants », rappelle Jean Cordier, professeur à AgroCampus Ouest et spécialiste de la gestion des risques agricoles. « L’assure-tirelire » : tel est l’objet qu’il a imaginé pour sortir l’agriculture française de l’ornière.  Cet objet symbolise une combinaison de plusieurs outils : épargne de précaution, assurances et fonds mutuels.

Actuellement, 20 à 25 % des surfaces sont couvertes par une assurance multirisques agricoles ou grêle. « Ça ne fait pas grand-chose », concède Jean Cordier. Le règlement Omnibus, qui est en cours de finalisation au niveau européen, pourrait faire évoluer la situation. « Il y a eu un pré-accord le 12 octobre, détaille l’expert. Pour les assurances, il y a des modifications sur les seuils de déclenchement et sur le montant des subventions, en augmentation ».

« Il est évident que l’épargne de précaution est la première façon de gérer le risque, dans le temps, on parlait de la récolte d’avance », poursuit-il.  Néanmoins, le dispositif actuel de DPA ressemble un peu « à une usine à gaz » à ses yeux. D’où la nécessité de « rénover l’épargne de précaution défiscalisée ». Tous ces outils de gestion des risques doivent agir en complémentarité. Or « le puzzle n’est pas bien construit actuellement, c’est le principal problème », note Jean Cordier.

L’expert appelle enfin à un développement des outils de gestion des risques lors de la prochaine réforme de la PAC. Dans un budget agricole qui n’est pas en expansion, il propose de « réorganiser les aides », en transférant 10 à 15 % des aides directes vers des outils de gestion des risques.

Sur le même sujet

Commentaires 19

Oxmo

@gib je suis seulement sûr que tous ces systèmes ne mènent qu'à l'enrichissement que de quelques non agriculteurs, et que moi je veux être libre. Regarde les laitiers qui s'engraissent sur le beurre.... A non pardon c'est pas eux. Voilà ça résume la situation. Remarque avec une assurance chiffre d'affaires, il serait sauvé. Sortons leur la pac et donnons là a groupama

gib

@oxmo: Vu le propos , vous faites surement partie de ces gens surs d'eux mêmes , qui n'ont besoin de personne ..jusqu'au moment où ils ramassent une bonne tuile et alors là on les voit tous pleurer la solidarité
Par contre , comme beaucoup l'ont dit , avec de telles franchises c'est de l'arnaque
Mais la pire arnaque vient des politiques qui veulent seulement détricoter la PAC , rafler des impots les bonnes années et ne rien soutenir les mauvaises

coteau19

au bout de combiens de sinistres sera t on résiliés???

Oxmo

Moi je suis pour les assurances c'est un très bon système, comme les coopératives, l'intégration etc....... Mais pas pour moi. La mutualisation c'est un bon qui travaille pour un mauvais donc panurge de...erde toi

raph21

Ce sera comme l assurance recolte une arnaque

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires