Objectif : 3/4 de télédéclarations

P. OLIVIERI

Le taux de dématérialisation des dossiers Pac ne cesse de progresser dans le Cantal. Une voie rapide et sécurisée vers laquelle la DDT veut orienter le maximum d’agriculteurs.

Pourcentage de dossiers surfaces télédéclarés en 2012 selon les communes (source DDT).

Un tout petit point : avec 67 % de télédéclarants pour les dossiers surfaces Pac, les agriculteurs cantaliens ont frôlé en 2012 la moyenne hexagonale qui a atteint 68 % de télédéclaration. Sachant qu’en l’espace de deux petites années, ce pourcentage de télédéclarants a progressé de 32 points dans le Cantal et que le taux de dématérialisation a grimpé à 91 % pour les déclarations PMTVA (86 % au niveau national) et 95 % pour les aides ovine et caprine (76 % moyenne nationale). La preuve de la capacité d’adaptation d’une profession encore parfois reléguée à une condition paysanne passéiste et d’une vraie réactivité cantalienne. C’est donc un certain satisfecit qu’ont dressé conjointement la DDT (Direction départementale des territoires) et ses partenaires le 11 décembre à l’occasion d’une rencontre visant à préparer la prochaine campagne. Satisfecit mais aussi ambition réaffirmée puisque les objectifs assignés par le ministère de l’Agriculture sont pour 2013 de franchir le cap des 75 % de télédéclarations pour les dossiers surfaces et des 90 % pour les aides animales (PMTVA,  aides ovine et caprine). Pour remplir ce contrat d’objectifs, la DDT a décidé de s’adresser plus particulièrement aux 1 640 agriculteurs qui ont encore préféré le papier à la souris en 2012. Ainsi un courrier leur sera envoyé en amont du début de la campagne de déclaration pour expliquer tout l’intérêt de la dématérialisation de cette déclaration.

Des accueils DDT délocalisés

Un courrier que recevront également les 9 %  d’éleveurs allaitants restés à la version papier en 2012 et 5 % d’éleveurs d’ovins et/ou caprins (pour lesquels la campagne de déclaration a débuté sur Télépac le 4 janvier). Seconde initiative entreprise par l’administration départemen- tale : l’organisation de cinq sessions d’accueil des agriculteurs délocalisées dans la foulée de réunions de présentation programmées début avril au Rouget, à Lafeuillade, Mauriac, Saint-Flour et dans le Nord-Ouest Cantal. Des permanences d’accueil qui se tiendront dans les Cybercentres mis à disposition gracieusement par le Conseil général et qui seront accessibles également aux exploitants désireux de réaliser leur déclaration seuls. Parallèlement, la DDT renforcera son dispositif d’accueil dans ses locaux à Aurillac avec le recours à des vacataires. L’administration départementale pourra aussi compter sur la mobilisation de ses partenaires : Chambre d’agriculture, CERFrance Cantal, deux structures qui à elles deux ont épaulé individuellement 2 272 agriculteurs en 2012 sous la forme de prestations, mais aussi Elvea et FDSEA qui ont aidé leurs adhérents respectifs demandeurs à remplir leurs dossiers sur Télépac et qui planifient en 2013 de recourir au zéro papier. Également associés à cette opération : les lycées agricoles dont les élèves sont sensibilisés par la direction départementale à Télépac ainsi que les Jeunes Agriculteurs qui prévoient de se faire le relais de cet outil moderne. “Dans notre courrier aux non télédéclarants, on liste les accompagnements et prestataires des partenaires. Après, libre à chacun de choisir ou de procéder seul à sa déclaration, précise Boris Calland, responsable du service SEA (économie agricole) à la DDT. Dans ce dispositif, chacun apporte sa pierre à l’édifice de façon différente mais complémentaire.”

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires