[Sima] Crédit agricole : les crédits reculent de 3,13 % dans le secteur agricole en 2016

Lise Monteillet

[Sima] Crédit agricole : les crédits reculent de 3,13 % dans le secteur agricole en 2016
Jean-Christophe Roubin, directeur du marché de l'agriculture au Crédit agricole SA.

Comme le rappelle la banque favorite des agriculteurs, les investissements en mécanisation sont fortement corrélés à l’évolution des revenus.

« L’année 2016 marque un recul net des volumes de crédit dans le secteur agricole de -3,13 % à 7,1Md€ », annonce le Crédit agricole, mardi 28 février, au Sima. Cette baisse est particulièrement prononcée en élevage (entre -2 et -10 %), en céréales et cultures industrielles (-4,5%).

Capture d’écran 2017-02-28 à 11.05.02

« Les charges de mécanisation représentent 30 % des charges d’exploitation », explique Jean-Christophe Roubin, directeur du marché de l’Agriculture, au Crédit agricole. Dans ce domaine, il observe une « corrélation très forte entre les revenus et les investissements ». Trois facteurs pèsent fortement sur la décision d’investir : les périodes de prix bas, les chocs météorologiques et l’incertitude liée à des changements politiques ou réglementaires.

Capture d’écran 2017-02-28 à 11.04.14

Le Crédit agricole est la banque de 9 agriculteurs sur 10 en France. Les trois quarts des installations de jeunes agriculteurs sont financées par les caisses régionales. Sans compter que l'organisme bancaire a développé, il y a plus de vingt ans, une solution de financement spécifique pour financer les machines agricoles : Agilor. Pour l’acheteur, cela permet de réaliser son achat et sa demande de financement en une seule démarche, auprès de son concessionnaire. Près de 150 000 lignes de financement sont accordées, via Agilor, chaque année. En 2016, 2,8 milliards d’euros de crédit Agilor ont été souscrits.

Crédit classique ou crédit-bail ?

Le crédit-bail est une autre offre de financement, moins connue des agriculteurs.  Dans ce cas-là, le Crédit agricole règle le bien au concessionnaire à la livraison et loue le matériel au client. En fin de contrat, le client peut alors racheter la machine à un prix convenu ou la restituer. Le crédit-bail va dans le sens des nouvelles tendances sociétales, qui conduisent à ce que « l’usage prédomine sur la propriété », souligne Philippe Carayol, directeur général de Crédit agricole Leasing & factoring.

« Ce qui ressort, c’est la souplesse, le financement intégral, la fiscalité optimisée et la capacité d’endettement préservée », précise-t-il. Ce dernier insiste sur le fait que le client doit pouvoir comparer rapidement l’offre de crédit classique à celle d’un crédit-bail, afin de choisir la mieux adaptée à sa situation. Une nouvelle offre vient par ailleurs d’être créée, combinant de la location avec des prestations associées. Celle-ci inclut le financement et l’entretien du matériel agricole. 

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires