Menu
PleinchampTV Lettre d'info

Une formation adaptée à son projet : un véritable investissement

Conseil National CERFRANCE POSTEC

Une formation adaptée à son projet : un véritable investissement

Avant de vous lancer dans un projet bien défini, vous allez naturellement vous poser la question : suis-je capable de le mener à bien avec mes connaissances actuelles ? Et souvent, la réponse est négative : il va alors vous falloir compléter votre savoir pour mettre toutes les chances de votre côté. Pourquoi ne pas utiliser les aides financières que vous pouvez obtenir grâce aux organismes dont le financement est assuré par des cotisations professionnelles ?

A savoir

En agriculture, de nombreux organismes sont agrées en tant que formateurs. Leurs formations sont, pour la plupart, financées par le Vivea (fonds pour la formation des entrepreneurs du vivant). Cet organisme collecte en effet les cotisations des chefs d’entreprises contributeurs dont le nombre s’élevait à plus de 622 000 en 2013. Seulement 17 % des contributeurs bénéficient d’une formation dans une année. Pour les aider à financer leurs actions de formation, les chefs d’exploitation peuvent bénéficier annuellement d’un crédit-d’impôt. Son montant se calcule en multipliant les heures de formation (40 heures maximum par an) par le montant du Smic annuel, soit 384,40 euros pour 2015.

Profiter du retour sur cotisations

Les prélèvements sur les entreprises, qu’elles soient individuelles ou sous forme sociétaire d’une part, et qu’elles soient agricoles, artisanales ou commerciales d’autre part, sont précisément destines à compléter la formation des entrepreneurs et à leur permettre de s’adapter à l’évolution de leur métier, a un changement de contexte voire une réorientation de carrière. Ces petites lignes “cotisations formation”, collectées tout au long d’une carrière professionnelle, finissent par représenter des sommes importantes. Il ne faut donc pas hésiter à profiter de ce que l’on pourrait qualifier de “retour de cotisations” pour réussir.

Choisir une formation adaptée

Il faut d’abord considérer ce temps de formation comme un investissement. Ensuite, il est nécessaire de choisir les formations en adéquation avec le projet et le niveau de ses connaissances. En fait, on peut en distinguer deux types : des formations techniques et des formations générales. 

1 • Les formations techniques sont de nature à améliorer la maîtrise de son outil de production, son savoir-faire, sa gestion d’entreprise. Prenons quelques exemples pour illustrer le propos.

En culture comme en élevage, la maîtrise de l’informatique et de certaines applications devient indispensable pour utiliser correctement les nouvelles technologies. Il en est ainsi pour la pulvérisation, la fertilisation, mais aussi le contrôle de qualité du lait, la mesure de la fertilité. Il en est de même pour bien utiliser un robot de traite. Se lancer dans de nouvelles productions, utiliser de nouvelles techniques nécessitent bien souvent d’enrichir son savoir-faire.

De manière plus générale, les formations de gestion, comptabilité, marketing dispensées par les organismes professionnels complètent la formation de base éventuellement acquise au cours de la scolarité, en étant à la fois plus pratiques et plus ciblées sur des activités particulières.

Il ne faut surtout pas oublier l’aspect réglementaire. Quel entrepreneur n’a pas été un jour confronte a une nouvelle réglementation plus ou moins contraignante mais qui s’impose à lui ? Dans tous les secteurs d’activité, le fonctionnement des entreprises est de plus en plus soumis à des règles qui évoluent et dont le non-respect peut couter très cher. Dans ce domaine, il n’y a aucune impasse à faire. 

2 • Les formations générales sont tout aussi intéressantes à suivre. Leur vocation est d’ouvrir le champ de réflexion de l’entrepreneur a l’évolution de la société, aux progrès techniques, etc. pour anticiper utilement les changements et s’adapter au rythme de ces mutations. Les préoccupations environnementales, l’évolution des besoins des consommateurs, des habitudes alimentaires, des techniques de communication, sont autant d’exemples de signaux a Connaitre, selon le type de projet bien sûr, mais qui conditionnent la réussite et la pérennité d’un projet innovant.

Il n’y a aucune hésitation à avoir sur l’intérêt d’être bien forme, et des lors, à utiliser des financements éventuellement disponibles. À chacun de bien cerner les connaissances qui lui assureront un avenir.

Source : CERFRANCE : Thierry Lemaître Responsable Conseil  - Gérer pour gagner - n° 40 Décembre 2015

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires