Une stratégie patrimoniale racée et charpentée

Christophe Moncorger, conseiller d’entreprise

Une stratégie patrimoniale racée et charpentée
Les associés font confiance à leur conseiller pour les accompagner dans toutes les étapes de leur stratégie.

Chez les Vocoret, on est vigneron de père en fils depuis quatre générations. Le vignoble installé sur des coteaux près d’Auxerre compte aujourd’hui une cinquantaine d’hectares où sont récoltés avec soin les plus célèbres crus de Chablis. Pour gérer ce patrimoine, et bien le transmettre à leurs enfants, les cousins associés ont élaboré une stratégie racée et charpentée.

Carte d'identité

Activité : Viticulture, production et vente en direct

Main d’oeuvre :17 salariés (11 ETP)

Les dates clés :

1961 : Création de la société d’exploitation entre Robert et ses 2 fils, Claude et Michel Vocoret

1973 : 1ère vague de plantation en Chablis

1974 : Apport de la société à un GAEC

1979 : Transformation du GAEC en SCEA

1983 : 2nde vague de plantation en Chablis

1986 : Installation de Patrice Vocoret et retrait de Robert Vocoret

1991 : Installation de Jérôme Vocoret

1994 : Retrait de Claude et Michel Vocoret

2006 : Reprise du Domaine Collet

2009 : Création des sociétés financières

Pour en savoir plus : www.domaine-vocoret.com

Avec environ 50 ha, vous êtes aujourd’hui très représentatif sur le vignoble chablisien, quel a été votre parcours ?

Patrice et Jérôme Vocoret : Nous avons le privilège d’exploiter la majeure partie de nos surfaces en appellation Grands Crus (4 ha) et Premiers Crus (17 ha). Hormis 50 ares de petit chablis, les 30 ha restants sont situés en appellation Chablis. Toutefois, le risque de division et morcellement du domaine actuel est réel et peut avoir diverses origines : installation des descendants associés actuels hors du cadre sociétaire actuel, reprise de foncier par les propriétaires à l’issue des baux…

Quel impact auront ces diminutions de surface sur la gestion de votre domaine ?

L’impact le plus important est la diminution du revenu qui grèvera la rentabilité de l’exploitation. Ce manque à gagner est important, nous avons donc sollicité notre conseil pour trouver des solutions appropriées pour compenser la perte de résultats. Avec lui, nous avons aussi mis le doigt sur différentes problématiques qui ne nous semblaient pas prioritaires jusqu’à lors : la préparation de nos retraites, sachant que le devenir des retraites par répartition n’est pas très limpide, or nous souhaitons nous assurer un niveau de vie correct à notre retraite. L’optimisation de la gestion de nos patrimoines et leur transmission à nos enfants sont également des questions d’importance auxquelles nous voulions répondre.

Quelles solutions avez-vous trouvé ?

Un certain nombre de contraintes et de règles que nous avions imposées faisaient partie du cahier des charges. Nos pères, Claude et Michel, se sont retirés en 1994, et nous étions tous très attachés au maintien de l’équité dans la répartition du capital entre les descendants. Parmi les solutions proposées par notre conseil, la mise en place des sociétés financières nous a paru la réponse la plus appropriée.

Que vous apporte aujourd’hui la mise en place des holdings pour la gestion de vos patrimoines professionnels?

En plus des titres détenus dans la SCEA “Domaine VOCORET“, les holdings possèdent aujourd’hui des participations dans une de nos sociétés immobilières. Celle-ci loue un chai à une structure de négoce de vins et un magasin à un dépositaire en vins.

À titre personnel, est-ce que tous les associés trouvent un intérêt à la mise en place de ces structures ?

Patrice : Pour l’instant et pour des contraintes fiscales, ma holding détient moins de parts dans le Domaine que celle de Jérôme. La totalité de la trésorerie est valorisée au travers de placements bancaires.

Jérôme : En ce qui me concerne,j’investis actuellement dans l’immobilier locatif par l’intermédiaire de ma holding. Un premier appartement a été acquis pour loger mes enfants au cours de leurs études.

Jérôme, pourquoi un achat plutôt qu’une location ?

Pour utiliser la trésorerie de ma holding. Après les études de mes enfants, j’aurai la possibilité de louer l’appartement ou de le revendre. Cela contribue au développement d’un patrimoine privé.

Quel est pour vous le principal attrait d’une société financière ?

Les sociétés financières jouent, en quelque sorte, le rôle de tirelire dans laquelle sont mises de côté des sommes destinées à être redistribuées après l’arrêt d’activité des associés. Le schéma est simple : le Domaine verse une part de résultat à chacune des holdings. Ce résultat serait de toute façon resté en réserve ou en compte courant mais aurait subi les prélèvements sociaux et fiscaux. Au lieu de ça, les résultats sont appréhendés par les sociétés financières avec des prélèvements moindres.Ces dernières investissent ensuite ces fonds dans divers types de placements dont l’immobilier.

Et si la société d’exploitation a besoin de trésorerie, comment faites-vous ?

Des conventions de trésorerie ont été mises en place entre les sociétés financières et le Domaine, ce qui leur permet de lui apporter leur concours financier, ce qui a été fort utile au cours de la crise viticole de la fin de la dernière décennie.

Comment seront gérées les holdings après le départ en retraite des associés actuels ?

On peut rompre tout lien entre la holding et la société de production viticole. Concernant la transmission à nos enfants, des donations de nue-propriété des parts des holdings sont prévues. En conservant l’usufruit,cela permettra aux actuels associés de continuer à bénéficier des distributions de dividendes qui viendront compléter leur retraite de viticulteur.La nue-propriété des parts étant détenue par les descendants de Patrice, Jérôme et Sylvain, l’ensemble des réserves constituées après les donations et qui n’auraient pas été distribuées au jour de leur décès deviendront ainsi la propriété de leurs héritiers par extinction de l’usufruit des parts des holdings qu’ils aient à payer aucun droit supplémentaire.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires