Agri Emploi 15 consolide son activité

15 UNION DU CANTAL

Depuis sa création, Agri Emploi 15 a été sollicité par plus de 350 agriculteurs.

Malgré la crise agricole, les besoins de main d’œuvre sont croissants, comme le démontre la hausse du nombre d’adhérents et d’heures d’activité du groupement Agri Emploi 15.

Les chiffres peuvent parfois être trompeurs : ainsi, si sur les huit premiers mois de l’année 2016, le nombre moyen de salariés du groupement départemental Agri Emploi 15 a reculé, passant de 47,8 salariés (moyenne 2015) à 43 (soit 21,6 ETP), avec un volume d’heures quasi équivalent, cette baisse est perçue comme une bonne nouvelle, “car cela signifie que chaque salarié du groupement (notamment en CDI) effectue plus d’heures et qu’on tend vers une stabilisation de leur emploi sur leur secteur géographique”, a précisé mercredi 19 octobre Annie Soulier, coordinatrice de la structure dont la vocation est aussi d’être un tremplin vers l’embauche en direct par l’exploitant ou vers l’installation. C’est d’ailleurs ce qui explique que le volume d’heures de prestations réalisées par les partenaires du groupement soit en repli depuis janvier 2016, la SAS du marché au cadran de Mauriac ayant ainsi fait le choix de salarier à son compte trois anciens agents d’Agri Emploi, du fait notamment d’aides de l’État rendant plus avantageuse cette formule.

160 adhérents en 2015

En dépit de cette moindre sollicitation des partenaires (Service de remplacement, marché au cadran, Cuma), le rapport 2015 a montré que l’activité du groupement - et donc les besoins de main d’œuvre des adhérents - se maintiennent et se développent même puisque 33 577 heures ont été réalisées l’an dernier, soit 2 062 de plus qu’en 2014.  Avec une saisonnalité qui a eu tendance à se répéter sur 2015 et 2016 : pic d’activité en mars-avril a contrario d’une baisse en septembre-octobre. Un phénomène que rencontre également le Service de remplacement et qui n’est pas toujours facile à gérer. “C’est très difficile d’adapter les contrats au contexte économique, à l’évolution des cours, à la survenue d’une sécheresse... par essence imprévisibles. D’où l’intérêt de se rapprocher entre structures, par exemple avec le Service de remplacement, pour voir comment consolider des heures à un agent”, a reconnu Jean-Marie Fabre, président de la FDGEAR, fédération des groupements d’employeurs agricoles et ruraux du Cantal. Sachant que 62 % des agents d’Agri Emploi 15 sont en CTI (contrat intermittent), 10 % en CDI, 23 % en CDD court, 5 % en CDD longs. Une chose est sûre en revanche, Agri Emploi est un outil désormais indispensable à l’élevage cantalien comme en atteste la progression continue du nombre d’adhérents : 19 en 2008, 160 l’an dernier, dont 58 exploitants qui sollicitaient le groupement pour la première fois. Sur les huit premiers mois de l’année 2016, 131 contrats ont été conclus dont 35 avec de nouveaux adhérents. Depuis sa création, Agri Emploi 15, qui dépanne également son homologue corrézien, a bénéficié à quelque 352 agriculteurs. Seul bémol : la persistance de zones blanches. Sur le Cézallier, où le groupement ne parvient pas à trouver de salariés. Sur l’Aubrac, la situation est toute autre : le relais est en fait pris par des GE locaux très actifs. Lors de l’assemblée générale a été évoquée l’idée de recenser les motifs de non renouvellement du recours au groupement par certains (relais par un GE local, salariat en direct, salarié devenu associé...) afin de communiquer sur ces pistes qui peuvent constituer autant de leviers de promotion d’Agri Emploi 15. Ces deux derniers exercices, le groupement a par ailleurs souhaité mettre l’accent, à travers des formations, sur l’accompagnement des adhérents à leur fonction managériale. Mais il a aussi été beaucoup question de prévention des accidents au travail via des formations à l’élaboration du DUER, le document unique d’évaluation des risques, exigé pour toute exploitation accueillant des stagiaires, salariés, apprentis...

L’accent sur la formation et la prévention

Une action qui porte ses fruits puisque sur les 140 adhérents ayant fait appel au groupement entre septembre 2015 et septembre 2016, près de 60 % ont réalisé leur DUER, 16 % sont inscrits à une formation ou une visite sur site dans cette optique. Restent 37 adhérents à contacter et accompagner, sachant qu’Agri Emploi a budgété sur 2015-2016 plus de 13 000 € pour cette démarche. Ce volet formation-prévention a aussi concerné les salariés avec une mise en situation au marché au cadran de Mauriac - très pertinente de l’avis même de la présidente, Michèle Chastang - une autre dédiée à la traite et, pour la première fois, une journée plus conviviale regroupant les agents. Cette dernière a été reconduite en 2016. Année qui a vu l’émergence d’un véritable plan de formation à l’issue d’entretiens individuels des agents qui ont permis de recenser les besoins. Sont ainsi déclinées sur 2016 les thématiques de prévention des risques, des formations Caces, mini-pelle, tracto-pelle, PH3 taupes. Avec un budget de 20 328,5 €, financé à près de 50 % par le Fafsea. Côté finances justement, l’exercice 2015 se solde par un résultat positif à hauteur de 28 729 €, dont 26 442 € de CICE(1). Un résultat que le conseil d’administration a décidé d’affecter pour le tiers au plan de formation des salariés (les deux tiers restants allant aux réserves).  Par ailleurs, en augmentant de 5 % le tarif de base du coût horaire sur les 98 premières heures (soit les 14 jours donnant droit au crédit d’impôt pour remplacement congés), Agri Emploi a pu retourner un avoir aux adhérents fidèles ayant consommé plus de 250 heures/an et ne bénéficiant pas d’aide. Sachant que depuis la loi de finances de décembre 2015, le crédit d’impôt lié au remplacement des agriculteurs pour congés est étendu à chaque associé de Gaec dans la limite de 4.

(1) Crédit d’impôt compétitivité.

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires