Bien accueillir le nouveau salarié

EXPERT COMPTABLE

Bien accueillir le nouveau salarié

Accueillir un nouveau collaborateur au mieux permet de finaliser un recrutement réussi.

Le recrutement d’un nouveau salarié est un enjeu important pour le chef d’exploitation, le but final étant de fidéliser le nouveau collaborateur. Pour une intégration réussie, l’employeur doit être attentif aux premiers pas du salarié sur son nouveau lieu de travail. Objectif : qu’il s’adapte bien à son nouvel environnement professionnel et complète ses connaissances si besoin, afin de révéler son potentiel. La période d’essai, dont la durée dépend du type de contrat et du poste occupé, permet de s’assurer que l’on a fait le bon choix.

Parcours d’intégration

Proposer un parcours d’intégration permet de baliser le terrain sans rien oublier. L’accueil du salarié doit être soigné et lui permettre de se sentir bien avec l’équipe déjà en place. Il faut prévoir à l’avance les postes par lesquels le salarié devra passer pour parfaire son apprentissage et la durée souhaitable. Ainsi, il pourra se familiariser avec le fonctionnement de l’exploitation et découvrir les personnes qu’il sera amené à côtoyer. On en profitera pour informer le nouvel embauché sur les pratiques et les habitudes de l’entreprise.

Tutorat et entretiens

Lorsqu’il y a plusieurs salariés, l’idéal est de mettre en place un tutorat avec un collaborateur de confiance à la fois expérimenté et pédagogue. Le tutorat évite l’isolement, permet de gagner du temps et favorise l’intégration à l’équipe. Le manager doit aussi prendre le temps de présenter la nouvelle recrue et s’assurer que tout se passe bien. L’arrivée d’un nouveau collègue peut perturber la bonne marche de l’entreprise, voire faire naître des conflits ou des jalousies. Des entretiens et des points de rencontre sont définis avec le nouveau salarié. Cela pose un cadre rassurant et facilite l’évaluation par l’employeur. Idéalement, chaque étape du parcours d’intégration doit donner lieu à un entretien, même rapide. Dans le cas d’un tutorat, il faut prévoir un débriefing avec le tuteur sans la présence de la nouvelle recrue. C’est le meilleur moyen de se forger une opinion à condition bien sûr que le tuteur soit digne de confiance. L’évaluation complète du nouveau salarié devra être réalisé avant l’échéance de la titularisation à l’aide d’une grille d’analyse.

La période d’essai

Durant la période d’essai, l’employeur comme l’employé peuvent rompre le contrat unilatéralement sans justification mais sur l’appréciation des seules capacités professionnelles. Pour les CDD de moins de 6 mois, la période d'essai est fixée au maximum à 1 jour calendaire par semaine, dans une limite de 2 semaines. Pour un CDD de plus de 6 mois, la période d'essai est fixée à 1 mois maximum. Pour les CDI, la période d'essai ne peut dépasser, pour sa durée initiale, deux mois pour les ouvriers et les employés, trois mois pour les agents de maîtrise et les techniciens et quatre mois pour les cadres (sauf disposition conventionnelle contraire). Un délai de prévenance doit être respecté dont la durée dépend de l’ancienneté dans l’entreprise et de la convention collective. Le respect des échéances est important car une fois le nouvel embauché titularisé en CDI, la rupture du contrat est beaucoup plus contraignante pour l’employeur.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires