L’art de fidéliser ses salariés

COGEDIS FIDEOR

Conjuguer intéressement et avantages renforce la fidélité des salariés, gage d’amélioration des performances pour l’entreprise.

Fidéliser ses salariés est un enjeu majeur pour l’employeur dans un contexte de pénurie de main d’œuvre qualifiée. L’intéressement et le Plan d’épargne entreprise (PEE) permettent d’accorder un « plus » au salarié tout en améliorant la rentabilité de l’entreprise. La prime d’intéressement est exonérée de cotisations sociales. Elle est conditionnée par l’atteinte d’objectifs pertinents préalablement définis. L’intéressement est un facteur de fidélisation du salarié. A ce titre, il contribue à l’amélioration de la rentabilité de l’exploitation. En 2014, les entreprises qui mettront en place pour la première fois un accord d'intéressement bénéficieront d'un crédit d'impôt égal à 30 % des primes versées. Pour les crédits d'impôt acquis au titre des primes versées à compter du 1er janvier 2011, le dispositif est réservé aux entreprises dont l'effectif, est inférieur à 50 salariés. Les chefs d'entreprise ainsi que leur conjoint collaborateur ou associé peuvent aussi bénéficier de l’intéressement (si moins de 250 salariés).

Epargne salariale

La signature d’un contrat d’intéressement doit s’accompagner de la création d’un PEE. Les employeurs peuvent eux-mêmes y accéder à partir d'au moins un salarié. Le salarié peut verser tout ou partie de sa prime dans le PEE. Son fonctionnement est simple et procure des avantages fiscaux pour les deux parties. Les revenus et les plus-values réalisées sur les sommes investies dans le PEE sont exonérés d'impôts (sauf CSG et CRDS). L’employeur doit verser une aide au plan. Cette aide peut se limiter à la prise en charge des frais de gestion du portefeuille collectif. L’employeur peut également abonder le plan, dans la limite de 3 fois le versement effectué par le salarié avec un plafond fixé à 3 003 € en 2014. L’abondement versé par l’employeur est déductible du bénéfice net imposable de l'entreprise, exonéré de charges sociales sauf forfait social. Les sommes versées sur un PEE sont bloquées 5 ans sauf exception (mariage, naissance d’un 3e enfant, acquisition de la résidence principale, divorce, surendettement…).

Chèques vacances

Autre outil de fidélisation : les avantages en nature. Les chèques-vacances sont des titres de paiement nominatifs. Les salariés, les chefs d’entreprise, leurs conjoints, concubins ainsi que les personnes à leur charge peuvent en bénéficier. La participation patronale aux chèques-vacances est exonérée de l'impôt sur les revenus pour les bénéficiaires, dans la limite du Smic mensuel (1445,41 € en 2014). Dans les entreprises de moins de 50 salariés sans comité d’entreprise, la contribution de l’employeur aux chèques-vacances est exonérée de cotisations sociales dans la limite de 30 % du Smic mensuel par salarié et par an (soit 433.62 € en 2014), à l’exclusion de la CSG, de la CRDS et du versement transport.

L’employeur peut également attribuer des titres restaurant à ses salariés. Chacun participe à l’achat du titre : la part du salarié est prélevée sur son salaire et l’employeur paie le titre restaurant à l’organisme émetteur. La participation de l’employeur à l’achat du titre est exonérée de cotisation sociale à condition que cette participation soit comprise entre 50 % et 60 % de sa valeur et que cette contribution n’excède pas 5,33 € (en 2014) par ticket.

 

Les conditions de l’accord d’intéressement

Les critères et modes de calcul doivent être fixés dans un accord déposé à la DIRECCTE. Les primes doivent présenter un caractère aléatoire, collectif et ne pas remplacer des primes existantes. L’intéressement est mis en place pour une durée de trois ans renouvelable. Les critères choisis doivent être quantifiables, vérifiables et faciles à déterminer. Il peut s’agir du résultat comptable ou des performances techniques de l’élevage. Il est aussi possible de cumuler plusieurs critères entre eux. L’intéressement sera réparti entre tous les salariés soit par parts égales soit en fonction de la durée de présence soit proportionnellement aux salaires, soit en cumulant ces critères de répartition.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires