Monsieur le Ministre, n'oubliez pas les salariés agricoles !

de l'Aveyron Association des salariés agricoles

Jacques Mézard et Sébastien Issalis

A l'occasion de la visite en Aveyron du ministre de l'Agriculture, Jacques Mézard, le président de l'association des salariés agricoles a pu s'entretenir quelques instants avec lui sur le marché de Rodez. Il lui a rapidement rappelé l'existence, l'importance et le rôle des salariés agricoles, qui sont souvent les grands oubliés de toutes les récentes politiques agricoles.

Le ministre de l'agriculture s'est vu offrir u nexemplaire de l'ouvrage "Ils ne voulaient pas rester les oubliés de l'Agriculture"

Que le salariat agricole soit pris en compte dans les nouvelles orientations politiques

Le président de l'association des salariés agricoles a remis  un courrier au ministre  (venu soutenir les candidats de la République en marche de l'Aveyron) qui débute ainsi :

"Dans le cadre de votre nouvelle mission, vous allez être amené à vous pencher sur l’avenir du développement agricole. 

L’agriculture ne saurait se réduite à une seule problématique économique, technique ou écologique, indépendamment de la place des hommes et des femmes qui y travaillent : c’est l’objet du « développement agricole » qui accompagne les hommes et les femmes sur le terrain au sein de collectifs ouverts à tous et porteurs de réflexion collective pour l’avenir. Ce développement a pour but l’épanouissement personnel et humain et l’évolution professionnelle des travailleurs. 

 De même, au sein de celui-ci, l’agriculture ne saurait se réduire aux seuls chefs d’entreprise, les agriculteurs, en ignorant les salariés agricoles qui les accompagnent, de plus en plus nombreux, sous un autre statut. Cette catégorie est trop souvent méconnue ou insuffisamment pris en compte dans les textes de loi et les financements à l’agriculture..."

 Après avoir évoqué la situation des salariés agricoles de l'Aveyron la lettre se conclut ainsi :

"Nous souhaitons donc vous faire part de ce qui nous semble important pour les années à venir : que le salariat agricole soit pris en compte dans les nouvelles orientations politiques et que nos associations soient reconnues à juste titre et bénéficient de moyens adéquats pour mener leurs missions".

Le ministre s’est aussi vu offrir un exemplaire du livre « Ils ne voulaient pas rester les oubliés de l’Agriculture », qui raconte l’histoire des salariés agricoles et de l’ASAVPA de l’Aveyron et du long combat pour moderniser l’image et le statut des salariés agricoles.

Qui sont les salariés agricoles aujourd'hui ?

Cette intervention est au cœur d'une campagne nationale d’interpellation des candidats aux législatives organisée par l'association des salariés agricoles de France.

Dans un 4-pages qui a été remis ou envoyé à de nombreux candidats aux législatives et qui s'intitule : "Face à la crise agricole, encourager l'innovation sociale et collective des agriculteurs, sans oublier les salariés agricoles, véritables acteurs de l’agriculture Française !", l'association rappelle son rôle et son projet et insiste sur la prise en compte des salariés agricoles et de leurs associations de développement dans les futures politiques agricoles.

Extraits :

"L'indispensable transition du modèle agricole ne peut donc reposer uniquement sur un saut technologique, elle induit une transformation profonde du métier de l'agriculteur et du salarié agricole. Pour réussir collectivement ces changements, les pouvoirs publics ont oublié depuis longtemps une composante essentielle de l’agriculture, à savoir l’accompagnement des salariés agricoles."

" L’agriculture française compte près d’un million d’actifs dont plus de 150 000 salariés permanents. Chaque année sont recrutés 50 000 salariés permanents et 800 000 saisonniers. Aujourd’hui, les salariés agricoles sont une composante essentielle du monde agricole et rural qui reste trop discrète et méconnue. A la différence des salariés d’organismes ou de coopératives, leur travail se déroule essentiellement sur les exploitations agricoles au contact du terrain, de la terre, des animaux, du soleil et des intempéries. Malheureusement, en France, quand on parle d’agriculture, on parle des agriculteurs et on occulte trop souvent les salariés agricoles".

Quel accompagnement politique pour ce million de salariés agricoles ?

"La volonté politique de faire des salariés de la production agricole des acteurs à part entière du développement agricole et rural de l’Agriculture française n’a jamais été remise en question par aucun texte de loi ni décret. Néanmoins, dans les faits, force est de constater que, ces dernières années, le sujet des salariés agricoles n’est pas abordé, qu’aucun de texte de loi ni décret sur l’agriculture n’en fait mention et que, par voie de conséquence, les moyens alloués aux Associations des salariés agricoles s’érodent années après années. Pourtant, des fonds sont alloués pour mener des actions développement agricole, comme :

- Le financement des chambres d’agriculture dont 24% provient de l’impôt foncier payé par les contribuables,

- Le compte CASDAR du Programme national de développement agricole et rural. Pourquoi ces financements, sont-ils sont quasi-exclusivement dédiés à des actions menées par ou pour les agriculteurs, alors que les textes en vigueur notifient que ces fonds doivent aussi bénéficier au développent des salariés agricoles, que les salariés agricoles représentent aujourd’hui la majorité des actifs agricoles et qu’il s’agit d’un métier en plein développement avec des besoins propres? 

Mesdames et Messieurs, les parlementaires, candidats à l’élection législative, nous considérons que les modes de production et d’organisation de l’agriculture Française doivent prendre en considération toutes les composantes, les agriculteurs mais aussi les salariés agricoles. On ne peut pas continuer à oublier ces populations qui participent pleinement à la vitalité et à l’essor de notre agriculture.
Mesdames et Messieurs, les candidats, l’animation des groupes de salariés agricoles sur l’ensemble du territoire est un pilier essentiel pour dépasser les crises qui secouent le monde agricole. Le financement de cet accompagnement collectif est le meilleur investissement dans le temps.
Nous attendons que vos propositions pour la prochaine mandature reconnaissent et soutiennent ces dynamiques collectives en agriculture et que les salariés agricoles ne soient plus les éternels oubliés. C’est le sens de cet appel lancé par l’Association des salariés agricoles de France et l’ensemble des Associations départementales et régionales des salariés agricoles."

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires