MSA : conduite de matériels agricoles : L'effet néfaste des vibrations sur la santé

Service communication

MSA : conduite de matériels agricoles : L'effet néfaste des vibrations sur la santé

La conduite d'un tracteur ou d'un engin agricole est une tâche récurrente sur l'exploitation et dans l'entreprise. Elle expose l'opérateur aux vibrations et aux secousses, à l'origine de problèmes de santé non négligeables.

Douleurs dorsales, pathologies du cou ou des épaules... autant de conséquences douloureuses liées à l'exécution de l'ensemble des tâches sur une exploitation ou dans une entreprise agricole. La conduite de matériels agricoles, par les secousses et les vibrations qu'elle provoque, est largement responsable de ces maux. Associée à une station assise prolongée et aux mauvaises postures inévitables pour surveiller le travail (flexion et torsion du corps, rotation et inclinaison maintenue de la tête), elle entraîne des troubles dorsaux (lombalgie, cervicalgie, hernie discale…), digestifs (douleurs abdominales...) ou visuels (perte d'acuité, diminution de la notion de relief…). Des pertes d'attention peuvent également gêner l'exécution du travail et entraîner des accidents graves.

Que dit la réglementation

L'employeur est tenu de mesurer le risque d'exposition de son personnel aux vibrations et de prévoir des mesures pour le supprimer ou le réduire. Il doit :
- évaluer le risque sur un document écrit,
- conserver ce document pendant 10 ans et le tenir à la disposition des représentants du personnel, du médecin du travail et de l'inspecteur du travail,
- si le niveau d'exposition journalière dépasse 0,5 m/s, établir et mettre en oeuvre un programme de mesures techniques ou organisationnelles pour éliminer ou réduire l'exposition, informer les salariés exposés des risques encourus, les former aux mesures de prévention à adopter, exercer un suivi médical annuel,
- si le niveau d'exposition journalière dépasse 1,15 m/s, prendre des mesures immédiates pour le diminuer et déterminer les causes du dépassement.

Les risques à identifier et les moyens d'y remédier

La fréquence, la durée d'utilisation, le niveau d'exposition journalière (si le niveau de vibration annoncé dans la notice d'instruction de la machine est supérieur à 0,5 m/s, le risque est réel pour une utilisation de plus de huit heures par jour.)

Prévoir des pauses régulières. Favoriser l'alternance et la rotation des tâches.

L'exposition aux chocs violents (passage dans une ornière, coup de bélier de la remorque, freinage brutal…).

Aménager la zone de travail (cours de ferme, chemins de terre) : niveler le terrain, décaper les chemins abîmés, réduire les distances et les temps de circulation, par exemple, en implantant un silo au mieux par rapport à l'usage de l'exploitation.

La posture de travail au volant (flexions et torsions du tronc ou du cou).

Régler le volant pour une position correcte de conduite et le siège (hauteur, inclinaison, avancement) en fonction du poids et de la taille du conducteur.

L'ancienneté du siège de l'engin utilisé (la durée de vie d'un siège est inférieure à celle de l'engin).

Le maintenir en bon état ou le remplacer. Il en va de même pour les autres équipements absorbant les vibrations (pneus, amortisseurs, suspension de la cabine).

La vitesse d'exécution des travaux. A vitesse rapide, le niveau de vibration augmente.

Réduire la vitesse d'avancement.

La présence d'un dispositif permettant d'atténuer les vibrations (essieux, cabine, timon, flèche suspendus).

Choisir un tracteur équipé d'une cabine suspendue ou d'une suspension sur le pont avant. Adapter la pression des pneus à l'utilisation (la plus basse possible, dans la limite des valeurs préconisées par le constructeur).
Utiliser un attelage tracteur outil sans jeu - à boule ou à chape avec une rotule sur l'axe - et entretenu régulièrement pour réduire les chocs dus à l'usure, surtout si l'anneau n'est pas compatible avec son point d'attelage sur le tracteur.

Le cumul avec d'autres tâches contraignantes pour le dos, effectuées régulièrement (port de charges, postures de travail).

Envisager une formation « Gestes et postures – Manutentions manuelles » dispensée par le service Santé-sécurité au travail de la MSA Mayenne-Orne-Sarthe.

Estimez le risque sur votre exploitation

La MSA met des calculettes à votre disposition sur son site national : http://references-sante-securite.msa.fr (rubrique « références en ligne », risques « articulations et postures »).

Source MSA Mayenne-Orne-Sarthe

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires