MSA : le renversement de tracteur

Christophe AVRANCHE

MSA : le renversement de tracteur

Votre tracteur bascule, c'est votre vie qui bascule. Tous les tracteurs doivent être dotés d'une structure de sécurité anti-retournement qui diminue le risque d'accident pour l'utilisateur.

Le renversement de tracteur est la première cause d'accident mortel avec une machine chez les agriculteurs. Plus de 70 % des accidents surviennent au champ ou dans la cour de ferme. Les autres arrivent lors de conduite sur route. Pour y remédier, la loi contraint les agriculteurs à doter les tracteurs d'une structure de sécurité anti-retournement répondant à des caractéristiques précises. Cette structure, complétée d'un dispositif anti-éjection (type ceinture de sécurité), est reconnue efficace à 100 %.

Depuis 1976, tous les tracteurs sont équipés de cabines de sécurité. Cependant, il arrive que celle-ci soit retirée afin de pouvoir entrer dans de vieux bâtiments, souvent bas de plafond. Le dispositif perd alors de son caractère de protection et c’est alors que survient le danger.

Le renversement survient le plus souvent lorsque l'utilisation d'outils complémentaires fragilise la stabilité du tracteur :

  • par rehaussement de son centre de gravité (chargeur frontal, pré tailleuse / rogneuse / écimeuse, élévateur arrière, benne basculante, charrue portée),
  • par déportement latéral de son centre de gravité (pré-tailleuse / rogneuse / écimeuse, faucheuse, broyeur, épareuse / broyeur d’accotement),
  • par attelage d'outils dont le centre de gravité peut varier (pulvérisateur, outil à attelage flottant latéralement).

La conduite de machines dont la base de stabilité est réduite (micro tracteur, tracteur à voie étroite ou à trois roues) ou d'un tracteur enjambeur non équipés d'une structure anti-retournement est également dangereuse.

Les situations à risque

Les secteurs d'activité les plus concernés par le risque de retournement sont la polyculture, l’élevage et la viticulture, en raison des travaux qu'ils occasionnent.

Une vitesse élevée entraîne la perte d’adhérence du tracteur au cours des activités pratiquées :

  • en terrain glissant,
  • en prairie (d’autant plus glissante si elle est humide),
  • en présence de végétaux coupés ou couchés (foin fané, paille…),
  • sur une parcelle récemment irriguée,
  • en travail en descente,
  • en cas de report de charge insuffisant sur le ou les essieux moteurs dû au vidage d’un outil porté (distributeur d’engrais, pulvérisateur...) ou à la présence d’un chargeur frontal,
  • lors de la poussée d’un outil traîné ou semi porté non freiné,
  • avec des pneumatiques lisses,
  • en circulation sur route.

Un rayon de braquage serré (demi tour en bout de parcelle, acte réflexe suite à une prise de vitesse, mise en « portefeuille » du tracteur sous l’effet de la poussée d’une remorque non freinée) augmente le risque de retournement.

Il en va de même lorsque l'activité nécessite l'inclinaison de l'assiette du tracteur (travail en dévers, passage dans une ornière, sur l’accotement d’une chaussée, sur un obstacle) et le travail sur une surface de roulement mal stabilisée (tas d’ensilage, muret de soutènement).

Ensemble, renversons la tendance

Seule la structure de sécurité anti-retournement élimine le risque de renversement. Pour augmenter la sécurité de l'utilisateur de machine, la MSA préconise également de veiller aux limites de chargement des remorques en fonction du PTAC (poids total autorisé en charge). Ainsi, pour certains travaux, il est préférable d'utiliser un tracteur quatre roues motrices, d'optimiser le lestage du tracteur, de choisir la voie la plus large possible...

Corriger les mauvaises habitudes par des précautions élémentaires souvent négligées est indispensable : ralentir avant de tourner, utiliser le frein moteur en descente et ne jamais débrayer, conserver les équipements côté amont, coupler les pédales de frein... Aménager la zone d’évolution de travail contribue à une sécurité accrue : réserver un espace de manoeuvre suffisant en bout de champ, stabiliser les talus pouvant s’effondrer sous le poids du tracteur...

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 2

extra

oui philippe tu as raison , mais pour avoir fais du quad en compet' il faudrait peut etre commencer par une formation ( un quad c'est assez particulier a conduire) et un casque je n'ai jamais vu un agriculteur avec un casque à part moi malgré mes 15ans de pratique ou plutot grace a mes 15 ans de pratique
peut etre aussi faudrait il une petite formation à la conduite d'engin , on ne voit ca que dans l'agriculture quasiment , une petite formation avec un pro qui n'a pas nos mauvaises habitudes plutot que des transmettre des mauvaises manies a nos enfants

philippejamel

bonjour
cet article est très intéressant, le problème est que les ventes de tracteurs reculent chaque année au profit de véhicules légers type quad, pick up qui hélas se retournent : décés, handicap... il faudrait donc que la loi impose ces barres anti retournement aux quads, et que les vehicules pick-up soient dotés de suspensions anti-tonneaux (dispositifs mécaniques du train avant : essieu avant avec grands débattements et barres anti roulis voir ref "ido cohen" véhicules ZIBAR)

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires