Retraite : La “double chance”

CER FRANCE, Gérer pour Gagner

Retraite : La “double chance”

Cinq mois que Michel Labédan a pris sa retraite. Il n'est plus exploitant associé mais travaille toujours sur l'exploitation en temps que salarié. Une dernière étape professionnelle avant une retraite réfléchie. Témoignage.

À quel moment avez-vous pris conscience qu'un jour, il faut partir à la retraite ?

Michel Labédan : ll y a 7 à 8 ans, j'ai interrogé mon conseiller CER FRANCE
sur les revenus à la retraite et la façon de passer le relais. Pourquoi à ce moment-là ? C'est une remarque d'un collègue qui m'a interpellé. ‘‘Tu verras,
la retraite, c'est la double peine ! Tes enfants repaient ce que tu as capitalisé
pour se le partager. Et toi, tu n'as plus les revenus de ta période d'activité''. Mon père avait déjà réagi contre cette situation fréquente en agriculture, et j'avais pu m'installer plus facilement.

En fait, vous aviez déjà anticipé il y a 12 ans, en décidant de ne pas vous engager financièrement au-delà de vos 62 ans.

Michel Labédan : Oui. À l'époque, j'ai pensé d'abord ‘'cessation d'activité''.
J'avais raisonné patrimoine et fi nancement d'investissement. Ainsi, le fi nancement des derniers achats conséquents de l'entreprise a été effectué
sur 12 ans, pour fi nir en 2010. Ensuite, j'ai compris qu'anticiper pour la retraite, c'est aussi se préparer suffi samment tôt dans sa vie professionnelle à l'idée de passer le relais un jour. Il faut savoir se dire ‘'un jour, j'arrête !''. C'est la seule façon de pouvoir le faire correctement pour soi, et pour son successeur. Sinon, jamais vous n'aurez de successeur ou de remplaçant, enfant ou tiers, qu'importe !

La seconde étape de votre réflexion a consisté à vous donner les moyens de partir en retraite.

Michel Labédan : J'ai recherché ce que j'appelle la “double chance”. C'est-à-dire avoir un fi ls qui reprend et dans de bonnes conditions pour tous. Pour atteindre cet objectif, il faut s'en donner les moyens. D'abord en assurant sur l'exploitation des revenus assez attractifs pour une reprise. Tous les choix faits pendant
12 ans l'ont été dans cet objectif de pérennisation.

Vous avez voulu rendre votre exploitation attractive pour un repreneur. Comment avez-vous fait ?

Michel Labédan : L'irrigation nous a servi d'assurance levée et récolte.
Avec la PAC 1992, nous avons préféré diversifi er nos résultats sur 5 à 6
productions. Nous nous étions aussi agrandis pour dégager un revenu à
mon fi ls qui arrivait sur l'exploitation. Pour résumer, on a toujours anticipé les décisions en mesurant leurs effets. La recherche de rentabilité a été le fil rouge.

Votre passage de relais est original. Vous avez organisé une étape de transition, durant laquelle, vous, l'associé, êtes devenu salarié. Et votre belle-fille, salariée, est devenue associée.

Michel Labédan : Depuis le 1er avril 2011, je suis devenu salarié à temps
partiel de l'EARL détenue par mon fils et son épouse. Nous avons choisi
cette solution pour passer le témoin en douceur, aussi bien pour le travail que pour le capital.

Anticiper sa retraite, c'est prévoir des revenus pour cette période.

Michel Labédan : J'aurai effectivement différentes sources de revenus
pour compléter la retraite de base. Je sais que je gagnerai moins que pendant ma vie professionnelle, mais cela me convient. Je suis resté usufruitier du foncier, que je loue à la société exploitante. Je perçois donc un loyer pour ces mises à disposition. Par ailleurs, j'avais souscrit depuis longtemps à une complémentaire retraite. Et, je n'ai plus d'emprunts à rembourser.

Vous avez vraiment organisé à la fois la transmission de l'exploitation et votre retraite. Quel bilan en faites-vous ?

Michel Labédan : Le fait de partager et de réaffecter le revenu de l'exploitation a facilité la transmission en plusieurs fois et me permet d'en tirer une rémunération. Le capital est familial et nous avons profi té des facilités faites lors du transfert de propriété avant 61 ans. Il ne me restera plus qu'à profi ter de cette retraite !

Source CER FRANCE, Gérer pour Gagner

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires