Menu
PleinchampTV Lettre d'info

Salle de traite : La chasse aux troubles musculo-squelettiques

Service communication

La salle de traite est un endroit privilégié pour l'apparition de troubles musculo-squelettiques ou TMS. De nombreuses, répétitives – et souvent délicates – manipulations favorisent la survenue de douleurs, tendinites, lombalgies…, chez les salariés et les exploitants agricoles

Les TMS représentent la grande majorité des maladies en milieu agricole, plus particulièrement lors de la traite. Aucun signe avant-coureur ne doit être pris à la légère : le moindre début de souffrance au bras, à l'épaule ou dans le dos est susceptible de révéler un traumatisme de cette nature. L'apparition de symptômes peut être quasi-immédiate, après seulement une heure de travail, ou survenir au bout de dix années de sollicitation. Elle est favorisée par la combinaison de facteurs individuels, professionnels et extra-professionnels : répétitivité des gestes, abus de postures extrêmes, d'efforts importants, action excessive en durée, stress ou encore vibrations…
Un défaut de soin peut entraîner de graves conséquences, impliquant un arrêt de travail, une hospitalisation, ou parfois un handicap irréversible.
Les agricultrices sont un peu plus touchées que leur conjoint par ces TMS, du fait de la répétition de gestes fins dans l'exécution de leurs tâches quotidiennes.

Les principaux troubles

Quatre grandes familles de troubles existent :
- le syndrome du canal carpien. C'est un canal étroit situé au niveau du poignet, et dans lequel passent les tendons des muscles fléchisseurs des doigts, ainsi que le nerf médian. Le TMS correspond à la compression de ce nerf, se traduisant par des douleurs au pouce, à l'index, au majeur, et à la moitié de l'annulaire. Il peut entraîner une paralysie du membre,
- l'épicondylite. Au niveau de la face externe du coude se trouve une excroissance osseuse appelée épicondyle. Sur cette zone s'insère l'ensemble des muscles permettant la rotation de la main vers l'extérieur, mais aussi l'extension du poignet et des doigts. La sollicitation excessive de ces muscles peut entraîner une tendinite, avec apparition de douleurs localisées au niveau du coude,
- les tendinopathies de l'épaule recouvrent un ensemble de pathologies plus ou moins graves, qui occasionnent une souffrance du tendon, depuis son inflammation jusqu'à sa rupture,
- les lombalgies, quant à elles, se manifestent par des douleurs dans le bas du dos. Ces souffrances peuvent être chroniques, mais aussi correspondre à un lumbago ou à une sciatique.

Agissez concrètement !

La survenue de ces pathologies n'est pas une fatalité. Des aménagements et des modifications dans les conditions de travail permettent d'améliorer grandement l'exécution de toutes les tâches quotidiennes à risque :
- privilégiez l'usage d'une salle de traite se situant de plain-pied avec la laiterie, avec si possible la nurserie à proximité,
- adaptez la hauteur des quais au trayeur, avec l'emploi de dalles en PVC ou d'un plancher mobile,
- installez des portillons à commande électrique, avec deux interrupteurs au niveau des quais,
- utilisez des bras de traite, tout en faisant attention aux vaches nerveuses. Il est préférable de sélectionner des animaux plus calmes,
- faites attention à la hauteur des boîtiers de commande,
- optez pour le démarrage automatique de la traite couplée au soulèvement de la griffe. De même, automatisez la dépose des faisceaux trayeurs avec un trempage automatique des trayons. Les griffes doivent être légères et munies d'un bouton poussoir à l'arrière pour la coupure du vide,
- l'utilisation de lavettes individuelles lavables en machine évite l'essorage manuel,
- pour optimiser l'étape du lavage, choisissez des plateaux de lavage à distance du sol ou pliants. Pour les quais, faites le choix d'un surpresseur avec ouverture rotative du jet ou de type lance à incendie,
- employez un pot à lait mobile ou un lactoduc secondaire.

Pour de plus amples renseignements, n'hésitez pas à contacter le service Prévention des risques professionnels :
- en Mayenne au 02 43 91 82 21,
- dans l'Orne au 02 33 31 42 35,
- en Sarthe au 02 43 39 44 15.

Source MSA Mayenne-Orne-Sarthe

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires