2/3 des nappes phréatiques affichent un niveau anormalement bas

Avec AFP

2/3 des nappes phréatiques affichent un niveau anormalement bas

Les deux tiers (70%) des nappes phréatiques de France affichent un niveau modérément bas à très bas, faute de recharge hivernale suffisante, indique lundi le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) dans son bilan au 1er juin.

Seuls de rares secteurs, notamment au sud du Bassin parisien et en Occitanie, ont pu bénéficier d'une recharge normale et présentent des niveaux autour de la moyenne. A l'approche de l'été, deux tiers des points sont déjà orientés à la baisse, seuls 10% étant encore en hausse. La pluviométrie du mois de mai a été très irrégulière, après un hiver globalement déficitaire et des précipitations ayant tardé jusqu'en février. Au cours du printemps, les pluies ont été bénéfiques pour la végétation mais peu efficaces pour recharger les nappes.

En mai, une partie du pays a été traversé jusqu'au 20 par des passages pluvieux, mais les rivages de la Méditerranée, la Corse ainsi que les régions frontalières du nord ont plutôt connu un temps sec. Des conditions anticycloniques se sont ensuite installées sur toute la France.

Parmi les nappes présentant les situations les plus favorables, avec des niveaux proches de la moyenne, le BRGM cite les aquifères karstiques des régions de Nîmes et Montpellier, la nappe de la craie de Bourgogne et du Gatinais (sud du Bassin parisien), les nappes alluviales de Corse (est de l'île). En revanche, la nappe de la craie champenoise, toutes les nappes du bassin Adour-Garonne, les aquifères de la vallée du Rhône (amont et aval), la nappe des calcaires jurassiques de Lorraine, sont en situation bien moins favorable.

carte-BRGM-eau

Sur le même sujet

Commentaires 5

nico239

Un sol vivant et couvert ne serait-il pas un bon moyen de limiter grandement l'évaporation et donc de limiter les besoins en arrosage tout en conservant une terre «au noir» et en préservant ainsi la vie du sol et du sous sol proche qui nous le rendrait bien?

Pourquoi ne pas tenter l'expérience sur de petites parcelles tout d'abord et de voir quel serait le besoin en irrigation de ces petites parcelles couvertes par rapport aux autres parcelles sol nu soumises soleil direct?

Serait-ce si insurmontable d'essayer???

BANANE381

Notre planète est saccagée au nom de la rentabilité économique, sans se soucier des conséquences désastreuses qui arrivent et qui vont aller s'amplifiant, notre planète n'est pas corruptible, finances ou pas elle va nous comprendre qu'on lui doit le respect .

DIGUE3942

encore la faute au paysan.....

Utopie

Bien sûr... c'est la faute des agris si les pluies ont été trop rares l'hiver dernier et ce printemps !!!

doudou 10

normal tant que les agris irrigueront quand il fera plus de 25 degrés

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier