80% des nappes phréatiques ont un niveau inférieur à la normale

80% des nappes phréatiques ont un niveau inférieur à la normale

Au 1er mars, 80% des nappes phréatiques affichaient un niveau "inférieur à la normale" en France, a indiqué vendredi le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) dans son relevé mensuel.

"Cette situation est le résultat de plusieurs années de déficit pluviométrique", souligne le BRGM dans un communiqué. Depuis septembre, qui marque le début de la période de "recharge" des nappes d'eau souterraines, les cumuls de précipitations ont été "déficitaires de 25 à 50%" de la Bretagne au sud du Massif central, en passant par la Vendée et les plaines du sud-ouest, avait indiqué mardi Météo France.

 Après un mois de février "extrêmement sec", des signes de sécheresse sont déjà perceptibles dans le Languedoc-Roussillon et en Midi-Pyrénées, alors que la France a déjà connu un printemps historiquement sec en 2011.

Au 1er mars, "une grande majorité des réservoirs (80%) affichaient un niveau inférieur à la normale", selon le dernier bulletin du BRGM, un chiffre du même ordre que celui du 1er novembre dernier. Ce chiffre était toutefois descendu à 64% au 1er janvier, à l'issue d'un mois de décembre plus pluvieux.

 "C'est le cas sur la plus grande partie du Bassin parisien, sur le secteur du Rhône et dans le sud-ouest pour plusieurs grands aquifères" (noms des formations géologiques qui contiennent de l'eau), ajoute l'organisme en charge de la gestion des ressources et des risques du sol et du sous-sol.

 Actuellement, deux départements franciliens, l'Essonne et la Seine-et-Marne, sont concernés par des arrêtés restreignant certains usages de l'eau.

De la pluie est attendue dans certaines régions à partir de ce vendredi soir.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier