Acculé par la crise en Ukraine, Agrogénération va devoir restructurer sa dette

Acculé par la crise en Ukraine, Agrogénération va devoir restructurer sa dette

Acculé par la crise en Ukraine et ployant sous le poids d'une dette trop lourde, le producteur français de céréales Agrogénération va mettre en oeuvre une restructuration de sa dette qui va diluer fortement les actionnaires qui choisiraient de ne pas "remettre au pot".

La société française, dont les exploitations se situent dans les riches plaines céréalières d'Ukraine, doit faire face à "un contexte géopolitique incertain (...) qui obère l'obtention de conditions financières raisonnables pour financer (son) cycle de production (...) et pourrait à terme perturber l'activité", a-t-elle expliqué dans un communiqué publié mardi. Au premier semestre, Agrogénération avait déjà vu sa perte nette atteindre 12,0 millions d'euros, contre -1,4 million un an plus tôt, sous l'effet d'une dévaluation de 46% de la monnaie ukrainienne. La société fondée par l'homme d'affaires Charles Beigbeder souffre déjà d'un bilan déséquilibré, où la dette (85,4 millions d'euros) représente près de quatre fois les fonds propres (21,6 millions d'euros). Pour mettre fin à cette situation, Agrogénération va émettre pour environ 65 millions d'euros d'obligations de type OSRANE (remboursables en actions). L'argent ainsi levé servira à rembourser de la dette obligataire existante pour 55 millions et dégagera 10 millions de liquidités. Les OSRANE, parce qu'elles sont remboursables en actions, sont considérées comptablement comme des quasi fonds propres.

Convaincre la totalité de ses créanciers

Les principaux actionnaires et les principaux créanciers du groupe, concentrant près de 80% des obligations en circulation, ont accepté ce montage, a assuré le groupe dans son communiqué. Ils recevront une OSRANE par obligation déjà émise. Mais le groupe doit encore convaincre la totalité de ses créanciers d'apporter leurs titres à l'échange. Le président du tribunal de commerce de Paris a ouvert à cette fin une procédure de conciliation. Dans le cas où l'unanimité ne serait pas atteinte, Agrogénération serait contraint de se placer en procédure de sauvegarde financière accélérée, souligne le groupe, en précisant qu'alors une simple majorité des deux-tiers, déjà aquise, permettra de valider l'opération. Les actionnaires pourront limiter la dilution de leur participation résultant de la conversion des OSRANE en actions en achetant des OSRANE grâce à leur droit préférentiel de souscription. Ceux qui choisiraient de ne pas suivre pourraient voir leur participation diluée de 60% en cas de conversion totale des OSRANE, prévient la société. Agrogénération espère pouvoir lancer l'émission au premier trimestre 2015. Le groupe précise qu'il communiquera "dès que possible sur les modalités détaillées et le calendrier complet de l'opération".

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 9

jeff

la terre appartient à ceux qui la travaille et à ceux qui y vivent.
Que ceux qui ne voient l'agriculture qu'au travers euronext et la spéculation financière y laissent des plumes tant mieux au delà la politique ou la religion il y a là une justice universelle!

zub24

spéculation suivie de pirouettes de démontage remontage d'habillage de bilan :fuite en avant sur leurres !!!

CLOCHE215

le revenu du travail doit revenir à ceux qui font le boulot! Aucune pitié pour les spéculateurs..

dadada

@valt120 tu as raison ca me fait plaisir pour beigbeder j'espere que ce genre de structure periclitera malheureusement ca n'arrivera pas , parce que les financiers ont compris bien avant les politiques l'importance future de l'agriculture , neanmoins je rage quand sur plusieurs chaines tv l'an passé , quand on parlait d'agriculture etait invité des economistes , des beigbeder mais pas un paysan . laissons l'agriculture aux agriculteurs de leur pays , que les pillards agriculteurs de l'ouest laissent tranquille les paysans de l Est

PLEIN600

ce gars se croit plus malin que tout le monde et ce plante a chaque fois ! et qui paye ? pas lui a priori !

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier