Acquisition de biens agricoles : Les acheteurs vieillissent, les vendeurs rajeunissent

Nicole Ouvrard

L'âge moyen d'acquisition des biens agricoles par les non-agriculteurs est de 49 ans. Ces achats « apparaissent comme des biens de placement », souligne la FNSafer. Sur les 28 dernières années, l'âge moyen d'acquisition a augmenté progressivement de cinq ans, à un rythme légèrement inférieur à celui de la hausse de l'espérance de vie.
L'âge moyen d'acquisition par les agriculteurs est de 44 ans alors qu'il était plutôt autour de 42 ans en 2001. Les fermiers en place achètent quant à eux des terres plutôt autour de 47 ans contre 45 ans en 2001.
Ainsi, les agriculteurs font eux aussi l'acquisition de plus en plus tard de biens qui revêtent une valeur de placement après leur cessation d'activité. Les agriculteurs propriétaires peuvent alors louer en bénéficiant d'un pas-de-porte, vendre en récupérant la différence de prix entre terres libres et terres louées, ou enfin transmettre à un repreneur familial.
L'âge moyen des agriculteurs vendeurs de biens agricoles est de 60 ans pour les terres louées et de 54 ans pour les terres libres. On observe une très nette avancée de cet âge moyen depuis cinq à dix ans. « Ceci peut correspondre à des cessions pour faire face à des problèmes de trésorerie ou des cessations anticipées de l'activité agricole », commente la FNSafer.
En cas de changement d'usage des terres agricoles, cette dernière démontre que, contrairement aux idées répandues, les agriculteurs profitent peu des plus-values réalisées. En 2010, ils n'ont capté que 4 % de la plus-value totale qui a atteint 6,1 milliards d'euros. La majorité va aux non-agriculteurs dont l'âge moyen lors de la vente dépasse 69 ans.

Source Réussir Grandes Cultures Juillet-Août 2011

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier